Re: Quelle est l'utilité des théories du changement dans les programmes et projets de développement?

Merci Svetlana, Silvia et les autres pour cette intéressante conversation. Nous semblons tous convenir que l'utilisation de la Theorie du Changement (TdC) dans la conceptualisation des programmes et également dans l'évaluation des programmes gagne du terrain. Puisqu'il s'agit d'un phénomène assez récent, au cours de la dernière décennie environ, lorsqu'un grand nombre de programmes et d'organisations ont commencé à intégrer la TdC dans leur façon de travailler, il pourrait être trop tôt pour dire quelle différence cela a fait pour ces programmes / organisations (je n'ai pas trouvé d'étude sur l'impact de l'utilisation des TdC!). À mon avis, d'après mon expérience de travail avec plusieurs programmes et organisations, trois cohortes peuvent exister sur la façon dont la TdC est utilisée:

  1. La TdC est devenue profondément ancrée: cette cohorte a utilisé la TdC dans tous les aspects de la planification, de la mise en œuvre et du suivi du programme. Vous conviendrez peut-être que ce ne sera pas une cohorte dominante, disons environ 10% des programmes et des organisations.
  2. La TdC est utilisée avec parcimonie / occasionnellement mais toujours de façon quelque peu utile - Il s'agit probablement d'une cohorte dominante (disons 50%), c'est-à-dire qu'une grande proportion des programmes et des organisations utilisent la TdC avec parcimonie mais de manière assez efficace. Ce que cela signifie que la conception du programme inclut la conceptualisation d'une TdC. D'autres examens annuels et évaluations de programme sont basés sur la TdC. La TdC est également constamment improvisée, chaque fois qu'un examen ou une évaluation a lieu dans cette cohorte. Cependant, dans cette cohorte, la motivation de l'utilisation de la TdC est impulsée par l'extérieur et les systèmes de suivi des programmes ne sont pas basés sur une TdC, ce qui limite également la rigueur avec laquelle les examens et les évaluations peuvent être effectués.
  3. La TdC est utilisée de manière superficielle: dans cette cohorte, la ToC peut exister ou non. Une TdC peut être conçue comme certains donateurs l'ont exigée mais pas utilisée par la suite. S'il n'y a pas de demande, une TdC peut ne pas exister. Cependant, la TdC peut être développée lorsqu'une évaluation est commandée, généralement par un évaluateur. Le programme ou l’organisation ne connaît toujours pas ou ne voit pas la valeur de la TdC et, par conséquent, ne la «possède» pas.

La situation va évidemment changer à l'avenir, car de plus en plus d'agences et de programmes commencent à tirer profit de l'utilisation d'une TdC. La première et la deuxième cohorte peuvent donc augmenter. Cependant, pour accélérer le changement, je suppose que deux stratégies pourraient être utiles:

  1. Renforcer les capacités de conceptualisation des théories du changement de programme: La démonstration de l'utilité de la TdC dépend de la façon dont la TdC est bien conçue, capturant la logique du programme et les réalités du contexte. Les capacités à développer une TdC robuste peuvent être renforcées de plusieurs manières, dont l'une pourrait être de lancer des évaluations de l'évaluabilité des programmes. Les évaluations de l'évaluabilité des programmes ont le potentiel d'améliorer la conception des programmes et les systèmes de S&E associés.
  2. Sensibiliser les mandants clés à la TdC - Étant donné que tout changement de pensée et de travail nécessiterait une adhésion, il est évident que la façon de travailler de la TdC exigerait que les mandants clés (donateurs, décideurs, organisations mettant en œuvre des programmes, etc.) comprennent la nécessité de la TdC. Ici, une communauté de pratique comme EvalForward et d'autres peuvent continuer à engager et à faciliter les conversations et à démontrer / montrer comment l'utilisation d'une TdC peut aider à une meilleure conception de programme et à une gestion axée sur les résultats et peut également avoir d'autres avantages.