Re: Comment adapter notre approche d’évaluation à l’impact de la pandémie COVID-19?

Cher Nick,

Merci de votre post très intéressant, et de partager votre expérience dans la lutte avec cet énorme défi. Je tiens à partager quelques réflexions, du point de vue de mon rôle d’évaluateur et de commissaire d’évaluations.

À court terme, je me pose la question de la valeur que les acteurs peuvent accorder aux évaluations effectuées à distance et, à moyen terme, de la menace que cela représente pour l’évaluation en tant que profession.

Quelle est la valeur ajoutée d’une évaluation qui se fait à distance? Dans quelques évaluations en cours avec de grandes composantes sur le terrain, nous sommes confrontés à des problèmes dont nous ne devrions pas sous-estimer la conséquence car ils pourraient réduire la crédibilité de l’ensemble de l’exercice (incapacité d’observer les changements de première main, la dépendance à l’évalué pour choisir qui participe et qui pas, les limites à la triangulation avec les bénéficiaires et les partenaires locaux, etc.) et mettre nos équipes en danger d’être contestées au cas où elles arriveraient à des conclusions négatives ou erronées, sinon inexactes.

Ensuite, l’évaluation en tant que profession : si nous faisons les choses à distance et sans triangulation crédible et participation ascendante, qu’est-ce qui nous différencie de ceux qui font des analyses ou même l’audit du rendement? Si nous préconisons des évaluations à distance, et que les collègues/partenaires se rendent compte que ceux-ci peuvent être faits à moindre coût et de manière non rigureuse, nous pourrions avoir des problèmes à l’avenir :  i) vendre l’évaluation comme un outil distinctif et vraiment d’apprentissage, et ii) obtenir des dispositions / budgets d’évaluation adéquates.

En lien avec cela, l’impératif moral pour les évaluateurs de ne pas faire de mal. Compte tenu de toutes les inconnues que cette pandémie apporte, il est notre devoir de ne pas mettre plus de gens en danger, ni d’évaluateurs locaux ni de bénéficiaires. Essayer de reporter les évaluations si possible, du moins jusqu’à ce qu’il devienne plus clair ce que nous pourrions faire en toute sécurité sur le terrain et ce que nous ne pouvons pas, ce sera une chose juste et éthique à faire.

Sinceres salutations

Carlos