Re: Utiliser davantage les institutions locales dans l'évaluation

Chers collègues,

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre et d'avoir envoyé vos commentaires et votre expérience.

Ca va sans dire que j'avais espéré entendre une expérience réussie impliquant une université, mais peut-être était-ce un optimisme irréaliste.    

Le commentaire de Lewis N. Kisuku en République démocratique du Congo donnent une bonne idée de la situation dans ce pays. Les problèmes décrits seraient communs à de nombreux pays, tant en Afrique qu'ailleurs. Ses observations sur les contributions du personnel universitaire rejoignent celles d'Isha Miranda du Sri Lanka. Pourquoi le travail des universités ou de leurs membres est-il souvent qualifié de théorique et leurs rapports de longs et souvent tardifs ? Peut-être est-ce dû à un manque de sens commercial, à un manque de pression et au désir fatal de perfection.

Je suis très heureux d'entendre un résultat positif et  de la Gambie envoyé par Paul L. Mendy.  Cela semble montrer ce qui peut être fait avec une collaboration étroite entre les consultants locaux et le personnel de l'agence de financement. Le problème fondamental et le point de départ est de savoir comment acquérir de bonnes données. Cela devrait être une responsabilité locale, et non pas le résultat de quelques visites précipitées d'un spécialiste international qui vient d'arriver par avion.

Si les données sont collectées localement, comment peut-on s'assurer qu'elles sont impartiales, non biaisées et objectives ? Il est probable que des pressions soient exercées pour que les résultats soient sous-estimés ou surestimés. De même, les énumérateurs seront tentés d'imaginer des résultats pour les participants au projet, non pas dans leurs fermes, mais dans un café au bord de la route. Les pressions pour "améliorer" ou modifier les résultats et l'évaluation subséquente se poursuivront jusqu'à et au-delà de la remise du rapport d'évaluation à l'agence qui l'a financé. Il est clairement difficile pour une société commerciale privée ou un individu de résister à toutes ces pressions - et beaucoup plus facile pour une institution.  

Espérons qu'en raison de l'augmentation de la pression pour une implication locale dans l'évaluation suite au Covid, les universités pourraient s'y intéresser davantage.
Un tel intérêt serait bon pour l'évaluation, mais aussi très bon pour les universités et leurs étudiants.

Merci encore d'avoir participé à la discussion

John Weatherhogg