L'agriculteur en tant que participant clé du S&E: leçons et expériences des systèmes de S&E participatifs

@FAOEvaluation

L'agriculteur en tant que participant clé du S&E: leçons et expériences des systèmes de S&E participatifs

Chers membres,

Il est souvent déploré que le suivi et l'évaluation (S&E) soit «top down», piloté par les bailleurs de fonds et néglige les points de vue et les besoins des agriculteurs qui sont les principales parties prenantes des projets agricoles. Jusqu'à présent, des outils de suivi et d'évaluation participatifs ont été promus pour garantir que les agriculteurs participent à toutes les étapes du S&E et influencent efficacement la prise de décision du projet.

Quelles sont vôtres expériences et leçons pour impliquer les agriculteurs à toutes les étapes du suivi et de l'évaluation des interventions agricoles? Quelles sont les approches innovantes du suivi et d'évaluation participatif pour les projets agricoles? Quelle est l'efficacité de ces méthodes?

Merci pour vos contributions!

Emma Gausi

This discussion is now closed. Please contact info@evalforward.org for any further information.

Chers membres,

J’ai initié la discussion : « L’agriculteur en tant que participant clé du S&E: leçons et expériences des systèmes de S&E participatifs » et je tiens à vous remercier tous pour vos contributions. J’ai beaucoup appris de vos expériences.

Voici un résumé de la discussion.

  • La participation des agriculteurs aux activités de S & E participatifs contribuent à assurer l’efficacité et la pertinence du projet et la qualité des produits livrables des projets. Lorsque les agriculteurs bénéficiaires génèrent des données sur les projets, ils s’approprient pleinement les réalisations du projet.
  • Les activités de S & E participatifs exigent de comprendre ce que font déjà les agriculteurs dans le cadre de leurs activités afin d’éviter de les surcharger avec un travail supplémentaire. Il est nécessaire de développer les capacités des agriculteurs et de les sensibiliser aux activités de collecte de données et aux objectifs du projet.
  • La participation des agriculteurs peut être remplacée par une bonne observation sur le terrain. Google Earth et d’autres images satellitaires fournissent des images à assez haute résolution des zones du projet pour tracer facilement où les cultures cibles sont produites, mesurer l’hectare en cause et résumer que jusqu’à obtenir pour cent de l’acceptation.
  • Les défis à prendre en considération lorsqu’ils impliquent les agriculteurs dans la collecte de données et la rétroaction comprennent : i) Les niveaux d’alphabétisation peuvent entraver la pleine participation; ii) les jeunes femmes impliquées quittent souvent leur communauté d’origine en raison du mariage; iii) l’échantillonnage des participants peut ne pas être facile et il peut être difficile de justifier que la découverte représente la collectivité où le projet a été mis en œuvre; iv) la participation peut être influencé par des personnes influentes dans la communauté. Cela peut nécessiter une gestion sensée et la facilitation; v) les innovations agricoles peuvent prendre du temps à être efficaces, au-delà du calendrier du cycle du projet.
  • Différents niveaux de processus participatifs dans les projets agricoles peuvent être identifiés : 1) Engagement profond : impliquer les agriculteurs dans tout ou la majeure partie du cycle du projet; 2) Approche moyenne ou opportuniste : les agriculteurs sont invités juste avant ou après le lancement du projet, probablement le plus courant; 3) Faible engagement : les technocrates ont préparé le plan de S &  E et partagent avec les agriculteurs pour leur faire part de leurs commentaires mais le plan stratégique de S & E est déjà préparé.
  • En général, la notion de participation acquiert différentes connotations dans différents contextes et la pratique de l’évaluation ne reflète pas toujours cette «vocation» participative. Plusieurs fois, les programmes et les projets visant à stimuler la participation deviennent une simulation symbolique, en particulier lorsqu’ils ne sont pas conscients de la réalité de la redistribution du pouvoir qu’un processus participatif implique.
  • Les méthodes utilisées dans les activités de S&E participatifs comprennent :
    • KoBo pour la collecte de données quantitatives et de dictaphones pour la collecte de données qualitatives
    • Récolte des résultats : cette méthode place le bénéficiaire au centre pour fournir des données quantitatives et qualitatives pertinentes et des informations sur la façon dont le projet change ou contribue à l’évolution de leurs moyens de subsistance.
    • Cartographie des ressources : peut être utilisé pour comprendre comment un projet a aidé les bénéficiaires à améliorer leur vie en comparant leur expérience antérieure.
    • La cartographie institutionnelle peut aider à comprendre l’engagement des intervenants dans la collectivité et est utile à l’étape de la planification.
    • Diagrammes venn utiles pour les projets de « marché agricole ».
    • Les calendriers saisonniers peuvent fournir des informations très utiles pour les projets de sécurité alimentaire.
    • Les tableaux de bord communautaires peuvent être utilisés pour évaluer le rendement (efficacité et efficacité) du projet.
    • Cartes de changement: a été utilisé dans le cadre de l’évaluation du projet d’autonomisation économique qui a travaillé avec les agricultrices au Kirghizistan, en Asie centrale et a permis de transformer la collecte de données en une discussion semi-structurée entre les femmes agricultrices ce qui a changé dans leur vie à la suite du projet et sa valeur et son mérite.

Merci pour toutes ces contributions.

Cordialement

Emma Gausi

 

Une autre question que j’ai à savoir pour obtenir la participation des agriculteurs est, trop souvent, il est pratiquement essentiel de tirer parti de leur évaluation finale pour se conformer à ce qu’un projet a à offrir. Il faut reconnaître qu’avant de pouvoir solliciter l’apport efficace des agriculteurs, le projet sera de deux ans ou plus après la conception avec plus d’un million de dollars américains dépensés. C’est la période de gestation typique de la conception initiale à la délivrance d’un contrat de mise en œuvre et à la mise en place d’une équipe de mise en œuvre, spécifiquement axée sur l’innovation incorporée dans la proposition et le contrat du projet. Avec autant de temps, d’efforts et d’argent déjà dépensés, personne ne veut entendre que les agriculteurs ne sont pas intéressés par l’innovation et l’équipe de mise en œuvre comme aucune alternative pour tirer parti des résultats de l’innovation prédéterminée ou rentrer à la maison. Il en résulte que très peu de pourcentage des bénéficiaires potentiels participent, bien en deçà des 60 % que les contribuables supposent participants et ceux qui y participent ne comptent que sur le projet de prestations minimales. En fin de compte, les projets nécessitent une facilitation externe continue et l’effondrement immédiatement après la fin du soutien externe, laissant peu, voire aucun, d’impact durable.

Veuillez consulter les pages Web et les liens suivants :

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/project-development-process-who-represents-the-smallholders/

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/development-hierarchy-four-layers-of-isolation/

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/appeasement-reporting-in-development-projects-satisfying-donors-at-the-expense-of-beneficiaries/

Dear Richard,

How did you involve farmers in the processes that you mention, during the development of the log frame and ToC for instance? Please feel free to post a follow up comment. 

Many thanks,

Renata 

 

D’après mon expérience de travail dans le domaine du suivi et évaluation, cela dépend du contexte du projet et, dans une certaine mesure, de la livraison de biens et de services aux bénéficiaires cibles ainsi qu’à ceux qui ne sont pas dans les limites du projet. Ainsi, ces 3 outils viennent à l’esprit et sont parfois déroutants : Cadre logique, cadre de résultat et théorie du changement. Bien que, la compréhension théorique de ces outils sur papier semble simple et comment ils sont exploités dans le système de fusions et acquisitions est acceptable, toutefois  leurs applications pour fournir des résultats fondés sur des preuves n’est pas claire. De plus, à quel niveau de rapport sur les résultats, est-ce que je fais un adaptation du cadre logique et du  cadre de résultat et de la théorie du changement pour permettre une meilleure compréhension du processus? Ce que je fais dans mon projet, c’est que j’adapte le cadre logique et de résultat à l’étape de l’évaluation des processus (commentaires, activités et extrants) pour comprendre le flux des implémentations et la TdC au niveau d’impact (sortie, résultats et impact) afin de comprendre le changement comme résultats de l’intervention. Je serais heureux d’entendre des experts.

 

Je voudrais partager mon expérience dans l’application de la technique participative de « cartes de changement » dans le cadre de l’évaluation du projet d’autonomisation économique qui a travaillé avec des agricultrices au Kirghizistan, en Asie centrale. Le projet a permis aux agricultrices de se former sur la culture et la preservation des légumes et les a aidés à mettre sur pied des groupes d’entraide et des associations villageoises pour mettre en commun leurs ressources, par exemple pour l’achat de semences et de bovins de qualité. Dans certains villages, le projet a également introduit des instruments du Système d’apprentissage de l’action de genre (GALS). L’évaluation a été effectuée à la fin de la première phase du projet et devait influencer la préparation de la deuxième phase.  
  
« Cartes de changement » est une technique participative où de petits groupes de participants au projet se voient offrir des cartes vierges (p. ex. feuilles de flipchart) divisées en plusieurs sections, une par zone où le projet a été ou pourrait s’attendre à créer des changements, et on leur demande de les remplir. sur la base de leurs expériences de projet réelles. Dans mon cas, les zones de changement potentielles ont été identifiées en consultation avec l’équipe du projet. Pour la deuxième phase, l’équipe a voulu aligner le projet sur l’indice d’autonomisation des femmes dans l’agriculture (WEAI) et nous avons donc convenu de concentrer la discussion sur les changements induits par le projet dans les domaines du WEAI. Par conséquent, nos cartes de changement comprenaient les secteurs suivants :  
  
•    Voyez-vous des changements dans la façon dont les décisions concernant la production agricole sont prises?  
•    Voyez-vous des changements dans l’accès et le pouvoir décisionnel sur les ressources productives?  
•    Voyez-vous des changements dans le contrôle de l’utilisation du revenu?  
•    Voyez-vous des changements dans le leadership dans la communauté?  
•    Voyez-vous des changements dans l’utilisation du temps?  
•    Voyez-vous d’autres changements?  
  
Au cours de la réunion dans les villages, nous avons eu jusqu’à 45 femmes impliquées dans le projet. Il était facile de les briser en petits groupes : chaque femme faisait partie d’un petit groupe d’entradre, et chaque groupe d’entradre a élaboré une carte distincte. Ensuite, nous avons donné aux femmes trois haricots chacun et demandé d’identifier les changements prioritaires parmi les personnes identifiées dans leur groupe. Ensuite, chaque groupe a partagé son point de vue sur les changements clés qui ont émergé du projet avec d’autres groupes. Et en fin de compte, nous avons demandé aux femmes d’évaluer le «mérite» du projet pour eux sur une échelle de 10.   
 
Voici les leçons que nous avons tirées de l’application de cette approche :  
  
•    La technique de la « carte du changement » a permis de transformer la collecte de données en une discussion semi-structurée entre agricultrices appuyée par ce qui a changé dans leur vie à la suite du projet et de sa valeur et de son mérite. Cela m’a aidé à distancer l’évaluation des visites de « contrôle » pour les femmes et à permettre une conversation plus ouverte sur leurs expériences de projet.  
  
•    Les domaines WEAI ne correspondaient pas exactement à la façon dont les agricultrices percevaient leurs expériences quotidiennes, mais elles répondent à ce défi en réinterprétant les secteurs de changement de la carte. Mais à l’avenir, j’aurais utilisé des secteurs de changement basés sur ce que le projet faisait plutôt quelques constructions théoriques externes.  
 
•    Les cartes de changement et les discussions qui les entourent ont fourni à l’équipe d’évaluation du matériel de portée pour l’analyse. Par exemple, d’après le contenu des cartes, j’ai pu identifier des types de changements plus nuancés induits par le projet et la fréquence de ces changements. L’une des constatations intéressantes a été que l’engagement des femmes dans des pratiques agricoles productives a conduit les femmes à ne pas avoir de temps libre. Cela a été considéré comme un changement positif par les agricultrices et leurs familles, mais est venu comme une surprise négative pour l’équipe du projet. 

Natalia Kosheleva

Evaluation consultant

PME est un terme largement utilisé par tous les projets de l’USAID depuis le début de 2000, c’est un acronyme pour la planification descendante, la gestion (suivi) et l’évaluation. Il serait préférable d’éviter d’utiliser PME comme nous entendons ici « Suivi et évaluation participatives », une approche ascendante. 

Sincèrement

Elamin Elamin

Chère Emma,

Merci d’avoir posé cette importante question. La plupart du temps, le Suivi et Evaluation est considéré comme une fonction de redevabilitè des donateurs et les organismes de mise en œuvre suivent également la même approche. Dans ce cas, la participation des agriculteurs n’est pas considérée comme une condition préalable, mais parfois considérée comme si les agriculteurs ne posedent pas de «connaissances» sur ces questions techniques et seules les personnes techniques peuvent fournir ce service au nom des bénéficiaires (puisque les personnes techniques comprennent également le contexte local / agriculteurs contexte et les besoins).

Le Suivi et Evaluation participatif a émergé pour rectifier ce défi où les agriculteurs seraient impliqués dans toutes les étapes du S&E - de la planification à l’évaluation finale. Il y a cependant des expériences mélangeèes dans les situations réelles. J’ai remarqué trois types de processus de S&E tout en travaillant pour diverses organisations de développement. Dans le premier groupe, le processus du Suivi et Evaluation participatif respecte dûment sa prémisse de base du principe participatif et implique les agriculteurs dans tout ou dans la majeure partie du cycle du projet (engagement profond). Dans le second, le projet utilise une approche plus opportuniste. Les agriculteurs sont invités juste avant ou après le lancement du projet (la plupart du temps au cours de la phase de création du projet) et la stratégie/plan de S&E est partagèe vec eux et les agriculteurs sont censés être impliqués dans le processus de S&E. D’après mon expérience, c’est l’approche la plus courante appliquée dans les projets agricoles dans la gestion du S&E (engagement de niveau moyen). Dans la troisième catégorie, les technocrates préparent le S&E et le partagent avec les agriculteurs pour leur faire part de leurs commentaires sur leur stratégie / plan de S&E déjà préparé (faible engagement). 

Il existe de nombreux outils/méthodes participatifs de S&E qui dépendent du contexte et des questions techniques. Par exemple, pour la planification du projet, la « cartographie sociale et des ressources » serait très utile alors que pour un projet sur les marchés agricoles, le « Diagramme de Venn » pourrait fournir une bonne compréhension. De même, pour l’analyse des projets de sécurité alimentaire, le « calendrier saisonnier » fournirait des renseignements très utiles. J’ai également utilisé la « carte de pointage communautaire » pour évaluer le rendement (efficacité et efficacité) du projet. Il existe de nombreux outils disponibles, mais il est essentiel de comprendre le principe de base du processus participatif et il faut avoir une relation forte avec les agriculteurs pour utiliser les outils.

Cordialement, 

Ram Chandra Khanal

Chère Emma,

permettez-moi de partager avec vous et le reste des collègues mon expérience dans EvalParticipativa, la Communauté de pratique et d'apprentissage en évaluation participative pour l'Amérique latine et les Caraïbes. Cette communauté est née de l'intérêt et de la croissance de l'évaluation dans le contexte régional et mondial. Au cours des dernières décennies, la production théorique et méthodologique a augmenté, ainsi que l'émergence de politiques nationales d'évaluation dans les pays de tous les continents, une institutionalization croissante de l'évaluation et la consolidation de diverses initiatives visant à professionnaliser cette pratique. En outre, les objectifs de développement durable font état d'un nouvel agenda de priorités pour l'évaluation mondiale, qui inclut le rôle de la société civile dans ces efforts et souligne la dimension participative comme un aspect central de la pratique de l'évaluation.

Cependant, la notion de participation acquiert des connotations différentes dans différents contextes et la pratique de l'évaluation ne reflète pas toujours cette «vocation» participative. Souvent, les programmes et les projets visant à stimuler la participation deviennent une simulation symbolique, en particulier lorsqu'ils ignorent la réalité de la redistribution du pouvoir qui implique d'encourager un processus participatif. Dans ces cas, l'évaluation participative a tendance à se limiter à une simple instance consultative, sans offrir aux acteurs locaux la possibilité d'influencer les décisions du programme d'évaluation et d'enrichir ainsi ses produits et son impact.

Il est vrai que le déficit théorique et instrumental qui caractérise ces pratiques n'est pas clair ou évident, de même que les conditions et les mécanismes qui facilitent et entravent la participation effective des citoyens aux processus d'évaluation. Par conséquent, sans révéler ces problèmes, il ne sera pas possible de surmonter les faiblesses de nombreuses évaluations participatives.

Ainsi, nous considérons qu'il est pertinent et opportun de développer une communauté de pratique et d'apprentissage sur l'évaluation participative pour l'Amérique latine et les Caraïbes qui permet d'approfondir ces questions de manière créative grâce à la connaissance et à l'analyse d'expériences d'évaluation concrètes, ce qui améliorera leur portée et socialisera leur méthodes et outils.

En tant que communauté de pratique, nous avons émergé de la conviction du potentiel du travail entre pairs comme mécanisme d'approfondissement des connaissances et de l'expérience à travers différentes instances d'interaction (formation, réunions et salons d'outils, webinaires, publications, etc.). Par «pairs», nous entendons tous ceux qui d'une manière ou d'une autre sont impliqués dans un processus d'évaluation: évaluateurs, décideurs demandant une évaluation, organisations de la société civile qui sont des utilisateurs de programmes et de projets, entre autres. La création de cette communauté de pratique et d'apprentissage autour de l'évaluation participative pour l'Amérique latine et les Caraïbes a pour objectif principal le renforcement et la participation inclusive de la société civile aux processus d'évaluation. Pour cela, nous voulons:

1) Identifier et analyser les expériences d'évaluation participative en Amérique latine et les clés qui marquent la facilitation de ces processus.

2) Créer un référentiel virtuel de matériel pour apprendre sur l'évaluation participative: manuels, guides et outils validés.

3) Systématiser les expériences étudiées en transférant les bonnes pratiques dans un manuel de facilitation des évaluations participatives, qui comprend quatre chapitres centraux: conceptualisation, méthodologie (processus), outils et lignes directrices pour la facilitation.

4) Concevoir un cours pour faciliter les évaluations participatives et mettre en œuvre un test pilote pour former les représentants des organisations de la société civile de la région.

Dans cette vidéo de 5 minutes (en espagnol), vous pouvez voir l'expérience que nous avons développée l'année dernière dans le premier atelier latino-américain et caribéen sur l'évaluation participative. Malheureusement, la plupart de nos documents sont en espagnol, bien que Google Translator puisse vous aider ;-). Nous prévoyons d'avoir bientôt notre site web en anglais. Je joins également une brève publication de l'une des organisations liées à EvalParticipativa (en anglais).

J'espère que vous trouvez ça utile.

Meilleurs vœux,

Pablo

 

Sur la base de l'expérience que j'ai eue dans la mise en œuvre de projets de subsistance en milieu rural dans une ONG internationale, l'application du suivi et évaluation participatif a ses propres avantages et limites.

Lors de l'évaluation d'impact, le suivi et évaluation participatif nous a aidés à évaluer l'impact du projet à travers la façon dont les ressources / programmes développés pourraient enfin avoir un impact sur leur vie. L'un de nos projets de développement consistait à développer une source d'eau, creusée à la main, juste pour vous donner un exemple. La cartographie des ressources nous a aidés à bien comprendre comment le programme les a aidés à améliorer leur vie en comparant leur expérience précédente en montrant où ils sont allés chercher de l'eau sur la carte et jusqu'où ils ont voyagé et ont également essayé de montrer en image comment cela affectait les femmes dans différentes situations comme le viol, le harcèlement et l'enlèvement, etc. Cela nous a également aidés à comprendre comment le programme améliorait l'interaction sociale et le partage d'informations lorsque les gens se rencontraient au programme simplement en dessinant des images.

Nous avons également utilisé le suivi et évaluation participatif à des fins de planification pour l'allocation des ressources du projet et le partenariat. Par exemple, nous avons utilisé la cartographie des ressources pour obtenir une perception et des opinions approfondies de la communauté sur l'utilisation et le partage des ressources avec et dans les communautés voisines, lorsque les ressources sont abondantes et rares, quelles ressources sont source de conflit et quand. La cartographie institutionnelle nous a également aidés à comprendre l'engagement des parties prenantes dans la communauté et comment cela influence leurs moyens de subsistance. Ces informations nous ont aidés à comprendre qui travaille sur quoi et aussi à choisir avec qui nous devons collaborer.

Cependant, il y avait une certaine limitation lors de la réalisation du suivi et évaluation participatif. L'un des défis de base était de montrer à quel point nos résultats sont bien représentés car un échantillonnage précis a été difficile. Nous avions eu du mal à justifier que les résultats représentaient toute la communauté où le projet était mis en œuvre. Dans l'autre cas, la discussion sur certains cas a été influencée par des personnes influentes dans la communauté, à moins que nous n'en ayons fait une discussion contrôlée et gérée. Dans l'autre cas, la participation des femmes était très faible en raison de l'influence culturelle.

Meilleures salutations

Mesfin

Impliquer efficacement les agriculteurs dans le processus participatif a toujours été un défi à la fois pour le diagnostic et l'évaluation. Cependant, cela pourrait être dû en grande partie à la tendance à s'appuyer sur le processus d'entrevue pour solliciter leur avis. Ainsi, il pourrait être intéressant de noter qu'une grande partie de l'agronomie est très visible et peut donc être facilement et plus précisément collectée passivement avec une bonne observation sur le terrain. Une fois que l'agriculteur plante les graines, il a un engagement de plusieurs mois qui est facilement visible pour toute la saison de culture. Ce serait bon pour identifier les cultures produites et les variétés cultivées. Avec de bonnes observations ou questions, il serait possible d'obtenir des dates de plantation et de déterminer la plus grande surveillance en agronomie et développement des petits exploitants. Il s'agit du moment de l'établissement des cultures et d'autres activités sensibles au facteur temps. L'écart de temps global étant un indicateur critique des limites opérationnelles sévères auxquelles sont confrontés les petits exploitants en termes de main-d'œuvre limitée, d'énergie pour alimenter suffisamment cette main-d'œuvre pour une journée complète de travail agricole manuel sur le terrain ou d'accès à la mécanisation contractuelle. Une fois cette omission reconnue, il est à espérer qu'elle sera résolue au lieu d'être ignorée pendant plus de 40 ans.

Avec la qualité de Google Earth et d'autres images satellites, il est désormais possible d'obtenir des images suffisamment haute résolution des zones du projet pour tracer facilement où les cultures cibles sont produites, mesurer l'hectare impliqué et résumer cela pour obtenir un pourcentage d'acceptation. De même, obtenir une estimation de la date de plantation et rapidement tracer un calendrier de culture pour voir le schéma de culture global de la zone du projet, y compris le temps réparti dans les activités. Cela peut être à la fois un outil de diagnostic et un outil de surveillance. Bien que tout cela n'ait qu'un lien direct minimal avec les agriculteurs, cela devrait vous donner une idée rapide de l'efficacité de votre projet. Veuillez consulter l'exemple ci-joint d'un calendrier des cultures qui a été développé pour documenter l'utilisation réelle de l'irrigation en Égypte comme guide pour aligner les problèmes d'irrigation sur l'utilisation réelle.

Bien sûr, vous devrez avoir des objectifs quant à ce qui sera considéré comme un projet réussi ou non, et cela devra être conforme à ce que vos contribuables souscripteurs qui financent le projet attendent et accepteront comme succès.

Si les limites opérationnelles mentionnées ci-dessus avaient été identifiées il y a 30 ou 40 ans, notre accent global serait passé de la concentration sur des cultures spécifiques et la gestion des cultures à la facilitation de l'accès à la mécanisation contractuelle, en accélérant suffisamment l'établissement des cultures pour assurer la sécurité alimentaire avec une production excédentaire suffisante pour tenir compte de la valeur chaîne que nous promouvons comme un moyen de stimuler la production.

Veuillez consulter les pages Web suivantes:

https://webdoc.agsci.colostate.edu/smallholderagriculture/OperationalFeasibility.pdf

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/calorie-energy-balance-risk-averse-or-hunger-exhasution/

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/request-for-information-basic-business-parameters/

https://smallholderagriculture.agsci.colostate.edu/mel-impressive-numbers-but-of-what-purpose-deceiving-the-tax-paying-public/

 

 

 

Salutations!

J'espère que je serai pardonné d'avoir présenté quelques raisons justifiables pour démontrer que l'approche descendante tant décriée ne signifie pas dicter à un groupe cible qu'il s'agisse d'agriculteurs ou de toute autre catégorie de travailleurs réels qui font vraiment le travail.

Par exemple, prenons le cas d'un agriculteur tout seul; s'il est expérimenté, pas forcément chargé de diplômes impressionnants en agriculture, ne considérerait-il pas d'abord le type de sol dans sa propriété, l'accès à l'eau, le climat, le type de cultures ou d'animaux dont il est certain qu'il aura une demande, etc. , avant de commencer son travail? Si quelqu'un nie cela, on suppose simplement que l'agriculteur est simplement ignorant, ce qui est très souvent injustifiable.

Si l'on convient que notre agriculteur le fait, alors, il utilise une approche descendante pour voir ce qui lui convient le mieux pour pousser et / ou élever sur ses terres, car cela lui permettra d'atteindre son objectif de réussir à se procurer assez de nourriture pour lui et vendre le reste pour subvenir à ses autres besoins.

Le problème n'est pas dans la méthode, mais dans son application fragmentée. Ce qui se passe, c'est qu'il est appliqué de manière incompétente au plus haut niveau, c'est-à-dire la formulation des politiques et encore moins avec compétence au niveau de la mise en œuvre stratégique. Aux niveaux régional et local, ce qui vient d'en haut est simplement passé tel quel. Il s'agit d'une chaîne d'incompétence commune très répandue dans le monde. Le terme de haut en bas est souvent évoqué par ceux qui ne comprennent pas ce qu'il est ou ce qu'il implique.

Il s'agit d'une approche échelonnée où, à chaque niveau, à la fois le «grand objectif», qui est général, devient de plus en plus spécifique à la mise en œuvre. Enfin, au niveau de notre agriculteur là où ça compte le plus, il devient un processus de réconciliation entre son objectif par son intégration dans l'ensemble national. C'est aussi simple que cela quand il est débarrassé du jargon et des clichés des droits acquis.

Ainsi, les souhaits et les commentaires des agriculteurs font partie intégrante d'une solution descendante appliquée avec compétence.

À votre santé!

.

 

Chère Emma,

Bon sujet de discussion. Veuillez trouver ma contribution ci-dessous:

Projet Nema Chosso en Gambie - Expérience sur le rôle des agriculteurs dans le Suivi et Evaluation participatif 

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) est le financier du Projet national de développement de la gestion des terres agricoles et de l'eau, appelé localement Nema Chosso en Gambie. L'objectif du projet est de réduire la pauvreté rurale grâce à des pratiques durables de développement et de gestion des terres et de l'eau. Le projet cible les femmes et les jeunes des petits exploitants ruraux et investit dans la promotion de deux chaînes de valeur des produits de base: le riz et les légumes. Les femmes et les jeunes sont les principaux producteurs de ces cultures, qui sont également les aliments de base en Gambie. Le projet prévoit des investissements pour financer les interventions approuvées, comme demandé dans un formulaire de demande d'assistance. Les communautés, les groupes et les agriculteurs individuels soumettent leurs demandes par le biais des autorités gouvernementales locales et des directions régionales de l'agriculture à travers le pays. Ces autorités sont responsables de l'examen et de l'évaluation des demandes et, une fois l'évaluation / faisabilité terminée, soumettre des recommandations d'intervention à l'équipe de gestion de projet pour assistance.

Le projet Nema Chosso a réussi à mobiliser les bénéficiaires (agriculteurs) pour participer au suivi et à l'évaluation des activités, des résultats et de l'impact du projet et cela s'est avéré efficace. Voici ce que nous avons fait:

  1. Une fois qu'une communauté ou un groupe a été sélectionné pour une intervention ou un soutien, le projet entreprend une réunion de sensibilisation sur les livrables spécifiques que l'intervention implique.
  2. Au cours de cette réunion de sensibilisation, les bénéficiaires (agriculteurs) sont sensibilisés à leur rôle pour garantir que les avantages escomptés du projet sont réalisés pour leur propre bien;
  3. Lors de cette réunion, l'équipe du projet souligne le fait qu'une fois l'intervention terminée et officiellement remise à la communauté, il est de son devoir d'assurer un fonctionnement et un entretien continus.
  4. Le rôle des bénéficiaires (agriculteurs) dans le maintien des résultats de l'appui au projet est ainsi établi.
  5. Afin de faciliter la participation effective des agriculteurs au projet, le Département du développement communautaire est engagé par le projet pour dispenser une formation sur la gestion de groupe, la gouvernance et la durabilité.
  6. Une telle formation (5 jours) aboutit à une sélection (ou élection) de ce que nous appelons les associations villageoises d'agriculteurs (AFV) pour chacune des communautés bénéficiaires.

Le rôle clé des associations villageoises d'agriculteurs est de diriger la coordination de la communauté pour une participation efficace à la mise en œuvre du projet, dont le principal est le suivi de la performance des entrepreneurs et des consultants pour s'assurer que les activités et les résultats conduisent effectivement aux objectifs du projet. Une fois l’association villageoise d'agriculteurs établie, tout le personnel du projet et les parties prenantes sont invités à utiliser les associations villageoises d'agriculteurs comme point d'entrée pour de nouvelles initiatives de développement dans le cadre du projet Nema Chosso.

Le projet recrute un consultant pour la supervision de tous les travaux. Le Consultant, comme tous les partenaires de mise en œuvre du projet, est sensibilisé à l'existence des associations villageoises d'agriculteurs et est tenu de s'assurer qu'ils participent au suivi de la livraison des travaux. Il est stipulé dans le contrat et souligné lors de la remise des sites d'intervention aux contractants que les associations villageoises d'agriculteurs, lorsqu'ils ne sont pas satisfaits de la performance ou de la qualité des travaux du contractant, auront le pouvoir d'arrêter les travaux et de signaler ces problèmes au projet par le biais du projet personnel régional. L'équipe de suivi et d'évaluation du projet tient une base de données des VFA et s'assure qu'ils se joignent et participent au suivi des travaux sur le terrain.

Une associations villageoises d'agriculteurs comprend 12 membres, dont 6 femmes et 6 hommes. La plupart des agriculteurs de la Gambie rurale sont des femmes et des jeunes. La formation du Département du développement communautaire guide les communautés dans la formation des associations villageoises d'agriculteurs. Le guide du processus de sélection pour inclure les jeunes dans les associations villageoises d'agriculteurs. Les associations villageoises d'agriculteurs sont soutenues par le projet avec une formation complémentaire spécifique aux mécanismes de suivi en place et des canaux de communication avec les structures régionales du projet. Des modèles de collecte de données sur les rendements et les revenus sont fournis avec une formation sur leur application. Les structures régionales du projet comprennent un coordonnateur régional, deux points focaux pour les chaînes de valeur du riz et de l'horticulture et un assistant de conservation sur le terrain pour fournir un appui technique dans le développement des terres et les travaux de génie civil de conservation.

En outre, en renforçant les capacités des bénéficiaires à effectuer efficacement le S&E, ils reçoivent une formation d'alphabétisation fonctionnelle pendant les 2 premières années du projet afin de permettre aux analphabètes de faire la tenue de registres et la collecte de données de base. Chaque communauté bénéficiaire identifie 30 membres pour participer aux cours d'alphabétisation fonctionnelle. Ce qui est intéressant ici, c'est que les cours d'alphabétisation fonctionnelle sont dispensés dans leur langue maternelle, ce qui améliore l'absorption et l'adoption rapides des compétences en littéralité. Ces compétences permettent aux agriculteurs d'enregistrer les procès-verbaux des réunions et ceux-ci sont bien lus dans leur langue locale par leurs membres lors des réunions suivantes. Cela garantit l'appropriation des décisions prises.

Le projet Nema Chosso implique les bénéficiaires (agriculteurs) dans les évaluations des résultats et de l'impact. Nous utilisons la méthode de la récolte des résultats (Outcome Harvesting) pour évaluer l'efficacité du projet et cette approche place le bénéficiaire au centre du processus, en fournissant des données et des informations quantitatives et qualitatives pertinentes sur la façon dont le projet change ou contribue à des changements dans leurs moyens de subsistance. Les bénéficiaires du projet (agriculteurs) participent à d'importantes études / enquêtes telles que les enquêtes de référence et finales du système de gestion des impacts et des résultats du FIDA. Ils ont également participé à la validation des constatations et des résultats de l'enquête.

Défis clés

  • Les niveaux d'alphabétisation sont faibles et cela entrave la pleine participation au S&E, d'où l'initiative de fournir une formation fonctionnelle en alphabétisation
  • Les jeunes femmes quittent souvent leur communauté d'origine en raison du mariage; cela nécessite souvent de les remplacer par de nouveaux qui manqueraient souvent du même enthousiasme et engagement au projet
  • Lorsque les contrats de projet tardent, ce qui est souvent le cas, les membres des associations villageoises d'agriculteurs sont d'abord la cible de critiques de la part des autres communautés, créant ainsi la méfiance et la suspicion

Leçons clés:

  • La participation des bénéficiaires au S&E garantit de manière significative l'efficacité et la pertinence du projet
  • La participation des bénéficiaires au S&E garantit des livrables de projet de qualité
  • Le renforcement des capacités est crucial pour une participation efficace pour la participation des bénéficiaires au S&E
  • Lorsque les données sur les réalisations du projet sont générées par les bénéficiaires, ces dernières les valident et s'approprient pleinement les succès.

Je vous remercie

Paul

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Sénégal du Programme mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire Missing Middle Initiative (GAFSP MMI), l'équipe de la FAO basée sur le terrain a eu parmi ses missions la mise en place d'un système de suivi et d'évaluation participatif et inclusif. Aujourd'hui, nous avons décidé de capitaliser sur cette expérience afin de la partager à des fins bénéfiques. En résumé, le processus a débuté par un diagnostic de l'essentiel en termes de suivi et d'évaluation voire de gestion des données auprès des organisations de producteurs bénéficiaires au niveau du bureau avec l'équipe technique et au niveau du terrain avec les agriculteurs. Cette mission de diagnostic a permis de dimensionner le périmètre du système de suivi-évaluation avec un objet clair et ses domaines d'application. Cette mission a également permis d'avoir un regard et une discussion sur les outils actuellement utilisés par les agriculteurs dans le cadre de leurs activités afin de les intégrer dans le système après discussion et renforcement. La discussion permet de constater les insuffisances des agriculteurs et des autres parties prenantes afin de prendre ensemble l'initiative de renforcer le système dans cette direction. Après cette phase, l'unité a procédé à la conception du dispositif et des outils partagés avec les organisations de producteurs pour validation. C'est dans la mise en œuvre que nous avons rendu les organisations de producteurs responsables de leur participation et de leur renforcement afin qu'après le projet elles puissent déplier le dispositif. Chaque organisation de producteurs a son équipe formée de l'unité de coordination de manière progressive pour la mise en œuvre du dispositif. Ils sont dans la collecte de données quantitatives avec KoBo Collect et de données qualitatives avec Dictaphones et les points focaux dans la gestion de la base de données avec KoBo Collect. Aujourd'hui, la mise en œuvre du système est participative dans toutes les fonctions qui le composent dans son intégralité. Nous ne manquerons pas de partager l'expérience après la capitalisation avec beaucoup d'informations sur les méthodes et approches adoptées.