Le racisme dans le domaine de l'évaluation

Le racisme dans le domaine de l'évaluation

Me trouvant à New York pendant la pandémie du COVID et assister aux récents rassemblements du Black Lives Movement m'a fait réfléchir davantage au racisme. Je trouve réconfortant qu'EvalForward soit un espace sûr où l'on peut discuter ouvertement d'idées.

J'ai réfléchi à ces questions d'évaluation.

  • Existe-t-il un racisme systémique dans le domaine et la pratique de l'évaluation ? 
  • Dans quelle mesure sommes-nous, en tant qu'évaluateurs, à l'aise de parler du racisme dans notre domaine ?
  • Comment savons-nous où nous en sommes dans ce domaine ? Que pouvons-nous faire à ce sujet ?

Je voudrais commencer par dire que je ne suis pas un expert sur cette question. Je suis curieux et je veux comprendre. Lors de la dernière réunion de notre bureau, il a été mentionné que le racisme, sous ses différentes formes, est une expérience personnelle difficile à comprendre pour ceux qui ne l’ont pas vécu. Je crois que c'est vrai.  Le sujet du racisme fait que beaucoup de gens se sentent mal à l'aise et soient sur la défensive - et c'est normal (j’en fais partie). Le mouvement Black-Lives-Matter (BLM) n'est pas nouveau. Il a toujours été là, et de temps en temps, un point de rupture est atteint qui rallume l'étincelle, devenant ainsi une grande flamme. Le mouvement BLM expose d'autres comportements discriminatoires, qu'il s'agisse des femmes, de la discrimination fondée sur le sexe, des LGBTQ, du racisme subtil, du régionalisme, etc.

En tant qu'évaluateurs, nous sommes fiers de nos compétences pour décortiquer des problèmes complexes, réfléchir sur des questions, faire nos constatations, conclusions et recommandations.  C'est dans cette dynamique de BLM que nous pourrions réfléchir en tant qu'évaluateurs, dans nos bureaux, dans nos pratiques - comment contribuons-nous à la question – positivement et/ou négativement ? Sommes-nous des facilitateurs de la discrimination ? Sommes-nous des observateurs passifs ? Sommes-nous des participants actifs qui apportent des solutions ? Où en sommes-nous ?

Dans les évaluations commandées, la question raciale entre-t-elle en jeu ? Combien de fois avons-nous préféré un évaluateur du Nord à un évaluateur du Sud ? Quelle était la raison de ce choix ? Quel effet ce choix a-t-il sur la qualité de nos évaluations ? Recherchons-nous activement des capacités nationales ?

Reconnaissons-nous qu'il existe souvent un écart inhérent dans les capacités (y compris l'expertise en matière d'évaluation) qui existent dans le Nord et Sud global, et ceci pour diverses raisons ? Cet écart pourrait être le résultat de la pauvreté générationnelle due à la sortie de pays d’emprises coloniales et/ou de la guerre civile, ou simplement parce que les capacités nationales ne font qu'émerger parce qu'il s'agit de pays nouveaux. Il est essentiel de rappeler que certains États n'ont eu que moins de 50 ans pour se développer, certains pays n'ont même pas atteint 20 ans d'indépendance (par exemple, le Sud-Soudan, le Kosovo, la Serbie, le Timor-Leste). Ces différences générationnelles se reflètent dans les institutions des pays, ce qui se traduit par des capacités nationales. En tant que commissaires d'évaluation, nous attendons-nous souvent à ce que les "qualifications" et les expériences (souvent nous recherchons des expériences internationales) des candidats venant du Nord et du Sud soient les mêmes ? À la défaveur du Sud global ? Utilisons-nous les bons outils pour évaluer quelles "qualifications" sont requises ? Que faisons-nous pour atteindre et résoudre ces lacunes et faire en sorte que le champ d'évaluation soit le même pour tous ? Intégrons-nous dans notre évaluation les possibilités de renforcement des capacités d'évaluation ?

Encourageons-nous la diversité dans nos bureaux d’évaluation ? Veillons-nous à ce que les évaluateurs/commissionnaires d'évaluation chargés d'évaluer et de rédiger l'histoire du développement soient issus d'horizons différents ? Est-ce que nous encourons le danger de raconter une seule histoire ? Ce TED talk est l'un de mes préférés : https://www.ted.com/search?q=The+danger+de+une+unique+histoire.

Ce serait intéressant d'entendre votre point de vue.

Harvey

This discussion is now closed. Please contact info@evalforward.org for any further information.

Bonjour à tous, 

Pour clore cette discussion, je voudrais tout d'abord remercier les collègues qui ont partagé leurs points de vue, ainsi que ceux qui ont suivi les échanges. Il est rafraîchissant d'entendre des expériences personnelles liées au racisme dans notre domaine. Je tiens à répéter ce que j'ai mentionné précédemment, à savoir que le racisme est vécu différemment par chacun. Ainsi, je ne vais même pas résumer la discussion, car je risque de simplifier à l'excès les expériences qui ont été mentionnées par les collègues.

Ce que j'ai retenu de l'échange, c'est que le racisme existe sous de nombreuses formes, et qu'il est appelé de différentes façons dans le domaine de l'évaluation. De plus, il arrive que nous soyons profondément impliqués dans le système et que nous ne voyions pas notre rôle dans la perpétuation du racisme. Le point de départ pour rectifier la situation pourrait être l'auto-réflexion ; nous devons véritablement reconnaître où nous nous situons par rapport à notre histoire, à l'économie et au privilège que nous connaissons. Nous pouvons ensuite nous en servir pour réfléchir à l'existence éventuelle d'un racisme systématique et à la place que nous occupons dans le puzzle (en tant que participants actifs ou en tant que facilitateurs passifs).

En écoutant certains d'entre vous, avec vos histoires, je pense que ce sont là d'autres raisons pour lesquelles les discussions sur le racisme devraient être permanentes. Surtout dans notre domaine d'évaluation qui est jeune et dynamique. Nous devrions être en mesure de modeler notre pratique pour qu'elle devienne plus diversifiée et plus inclusive. Nous devrions concevoir des moyens créatifs et innovants pour y parvenir. Mais avant cela, nous devons identifier les endroits où le racisme existe dans notre profession, lui rendre des comptes, et ensuite nous pourrons aller de l'avant pour le changer.

Après tout, notre nationalité, la couleur de notre peau, les économies/histoire dans lesquelles nous sommes nés - est une question de chance. Oui, nous nous sommes façonnés et avons travaillé dur pour devenir ce que nous sommes, mais nous devons aussi être conscients que tout le monde n'a pas eu un bon départ, et que les règles du jeu n'étaient pas les mêmes au départ. Mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons rien y faire. Je crois que nous pourrions faire davantage pour lutter contre le racisme dans notre profession, qui ne cesse de se développer.
Je vous remercie encore pour cette discussion.

Harvey John Garcia
NYC, États-Unis
"Pour ma part, je ne sais rien avec certitude, mais la vue des étoiles me fait rêver" -Vincent Van Gough

Salutations !

Un certain nombre de cas de "racisme" dans l'évaluation ont été présentés dans cette discussion. Cependant, j'ai du mal à comprendre comment cette prise de conscience pourrait permettre d'y faire face. Bien sûr, on pourrait rédiger un long document sur ces exemples et le diffuser largement. Mais en quoi cela va-t-il nous aider ?

Ensuite, le terme "racisme" n'est pas bien choisi. Il sert à confiner un certain sous-type de discrimination aux différences de couleur de la peau. Il existe de nombreux exemples de ce type de discrimination, même au sein de groupes de même couleur de peau. 

Par exemple, parmi les personnes ayant une peau de couleur X, ce type de discrimination peut se produire à travers les barrières suivantes :

   1. La division entre les zones urbaines et rurales.
   2. L'école/université fréquentée.
   3. Religion.
   4. Sexe.
   5. Caste/classe sociale.
   6. Népotisme et corruption.

La discrimination du type en question peut être motivée par l'une ou plusieurs des six raisons mentionnées ci-dessus au sein d'un groupe ayant la même couleur de peau. Je pense qu'il serait malavisé de les ignorer, mais pour éviter de les exclure, il faut considérer le problème comme un exemple de discrimination plutôt que de racisme.

Quant à la manière de résoudre ce problème, il faut noter qu'il s'agit d'un problème social découlant de l'absence de normes éthiques. Veuillez noter que je parle d'une éthique laïque que je préfère appeler des normes de décence commune. Il serait naïf de croire que des mesures juridiques pourraient être utiles, car il y a une énorme différence entre le fait d'avoir les "bonnes lois" dans les livres de lois d'un pays, la signature de conventions internationales d'une part, et leur application effective d'autre part. Je pense donc qu'il faudrait un certain temps pour régler ce problème et qu'il faudrait dès maintenant éduquer le public et intégrer l'éthique personnelle dans l'enseignement scolaire. De nombreux discours savants peuvent donner l'impression d'avoir fait quelque chose, mais cela ne permettrait guère d'aborder le problème dans le monde réel.

Meilleurs vœux !

Merci pour cette conversation. En fait, la même discussion a été lancée sur Twitter par Tom Archibald (https://twitter.com/tgarchibald ) et des points très fascinants en sont ressortis. Il a également partagé ceci: https://t.co/ynI88BlvZp?amp=1

Eh bien, dans l'évaluation, malheureusement, le racisme est présent.

En observant les évaluations menées dans les pays africains, vous vous rendez compte que la plupart des postes de consultants sont confiés à des consultants du Nord global, même si ceux-ci ont moins d'expérience ou s'ils s'agissent de débutants. On offre à l'évaluateur plus expérimenté du Sud la possibilité de collecter les données (dans certains cas), et ce uniquement en raison des protocoles existants, ou pour cause de la barrière de la langue et des difficultés du terrain. Et cela vaut également pour les évaluations menées dans le Nord; les opportunités s'offrent toujours aux mêmes évaluateurs, d'où des chances très minimes pour les évaluateurs du Sud global.

De plus, le paiement n'est pas le même. Si nous maintenons tous les facteurs constants, le consultant du Nord est très bien rémunéré, contrairement à celui du Sud. Cela s'ajoute aux dépenses déjà encourues pour les faire venir dans le pays, aux frais d'hébergement et aux indemnités journalières de subsistance.

Certains programmes financés par des donateurs et certaines ONG internationales font appel à des consultants de leur propre pays pour effectuer des évaluations dans le cadre de projets dans le Sud.

En tant qu'évaluateur, j'ai un jour regardé un rapport d'évaluation de programme mené par un consultant du Nord et j'ai été surprise. Le rapport ne mettait en évidence aucun critère ni méthodologie d'évaluation. Certains des contenus du rapport comprenaient des plaintes concernant un agent qui est arrivé en retard ou un autre qui est tombé malade pendant le processus d'évaluation. Il a également exprimé sa colère parce qu'à un certain moment, une personne interrogée pendant le focus group a mentionné le mot mzungu (Mzungu est le terme swahili pour une "personne blanche").

Dans un autre cas, l'organisation a simplement fait venir un photographe du Nord pour prendre des photos à inclure dans le rapport, mais la personne a fini par publier les photos prises via nos smartphones, que nous partagions sur le groupe WhatsApp que nous avions créé pour communiquer lorsque nous étions sur le terrain pour la collecte de données. Et pour ne rien arranger, il les a publié sous son nom.

Je pourrais continuer mais le racisme dans l'évaluation est présent et ceci profondément, mais les personnes qui en sont le plus touchées sont les évaluateurs du Sud global.

 

Cher Harvey,

Bonnes réflexions ! Je crois que, localement, nos concitoyens qui ne sont pas indigènes et dont l'ascendance remonte aux pays donateurs européens bénéficient d'un traitement prioritaire et d'un salaire plus élevé. Même au sein es gouvernements étrangers et des agences des Nations Unies, qui promeuvent la diversité et qui parlent d'égalité et d'équité, il y a apparemment un squelette de racisme. Je remarque parfois des regroupements à base raciale lors des réunions des principaux acteurs. Les autochtones locaux en tant que bénéficiaires (si des représentants des bénéficiaires de la base ont été invités) peuvent généralement se trouver dans le cercle extérieur (4ème), suivis dans le cercle intérieur (3ème) par de jeunes fonctionnaires du gouvernement, puis un (2ème) cercle d'employés locaux des agences d'aide extérieure (qui veulent être considérés comme ayant un statut plus élevé que les fonctionnaires et les employés ordinaires de la société civile locale) et le cercle intérieur (1er) de descendants locaux d'Européens (généralement des entrepreneurs de race mixte ou d'une seule race), de cadres supérieurs des agences de donateurs et du gouvernement. La Zambie est un État multiracial. Bien que nous aurions dû mettre fin au racisme il y a 56 ans lors de l'indépendance, il se manifeste parfois dans nos affaires nationales. Je tiens à souligner que certains des descendants locaux d'Européens ne pratiquent pas le double-dipping fondé sur la race et préfèrent s'asseoir dans le coin des indigènes. Je veux dire par là qu'ils bénéficient des privilèges des Zambiens et des Blancs. L'ancien vice-président de la Zambie est un Zambien d'origine écossaise. Il a critiqué certaines des pratiques de conseil en développement à l'étranger et le calibre des consultants étrangers qui sont mieux payés que les locaux.

Je nous reproche également de ne pas nous battre pour mettre fin au racisme systématique dans notre profession ; en particulier les dirigeants des associations d'évaluation, des agences de développement et des universitaires de premier plan. Même lorsque le chef d'équipe des évaluations nationales est un évaluateur autochtone, je vois la façade d'Obama. C'est parce que rien ne change pour le reste des évaluateurs indigènes. Les capacités d'évaluation nationales ne se développent pas au rythme voulu, car les facteurs sont essentiellement externes. La plupart des employés des agences de développement qui s'occupent du développement de l'évaluation sont des globe-trotters. Ils ne restent pas assez longtemps dans un pays pour voir les avantages ou les problèmes qu'ils créent pour les pays. Lorsqu'ils partent, s'ils étaient ceux qui dirigent le développement des capacités, le vide qu'ils laissent n'est pas facilement comblé. Cependant, les spécialistes locaux, même s'ils émigrent, auront toujours des liens avec leur mère patrie. Même 56 ans après l'indépendance, la Zambie lutte pour renforcer ses capacités d'évaluation.

À mon avis, ce qui semble nuire au développement des capacités d'évaluation est aussi l'attitude des dirigeants de la profession en Afrique. Ceux qui ont été admis dans le cercle intérieur ne demandent pas ce qui est bon pour leur pays, leur continent et le reste des évaluateurs indigènes, mais ce qui est bon pour eux-mêmes en tant qu'individus. Il s'agit en grande partie de promouvoir l'autoévaluation individuelle (CV) et d'être payé. Certains se battent pour monter à la tête d'associations afin d'obtenir davantage de missions ou de puiser dans leurs caisses. Oui, nous avons un ou deux dirigeants qui sont désintéressés et qui ont la passion de servir la profession et l'humanité. Je m'agenouille humblement devant eux. Cependant, ils sont très peu nombreux. Nous avons besoin d'un plus grand nombre d'entre eux. Nous nous sommes donc retrouvés avec des universitaires ou des évaluateurs hautement accrédités qui acceptent parfois des missions pour rien. Ils rendent des comptes à des expatriés moins expérimentés et sont heureux de signer des rapports pour augmenter la quantité de leurs missions d'évaluation pour le bien de leur CV, mais pas pour la qualité. En fin de compte, le taux de consultation est réduit. Si un commissaire peut engager un professeur d'université qui est prêt à être payé 250 $ ou moins par jour, comment peut-il engager un évaluateur émergent qui demandera ce montant ?

Cordialement

John Njovu

Cher Harvey,

Je viens de l’Inde, dans le Sud global, et je travaille dans le secteur du développement depuis une trentaine d’années maintenant. Je voudrais souligner brièvement mes expériences dans le domaine des évaluations en réponse à vos préoccupations :

Oui, le racisme systémique existe dans le domaine et la pratique de l’évaluation. En fait, il existe partout; même dans les hautes fonctions des défenseurs de la diversité et de l’inclusion; l’UE et l’ONU.

D’après mon expérience, les victimes du racisme sont tout aussi mal à l’aise en tant qu’évaluateurs, quand il s'agit de parler de racisme dans notre domaine, car elles ne voudraient pas offenser les commissaires des évaluations et, ce faisant, être mises à l’écart et perdre leurs emplois.

Des enquêtes rapides, des sondages en ligne ou des études détaillées peuvent être effectués au cas où quelqu’un serait sérieusement intéressé à comprendre où nous en sommes sur cette question. Les actions parlent plus fort que les mots et donc il ne suffit pas de faire signer à tout le monde des politiques sur la diversité et d’inclusion. La haute direction doit pratiquer ceci à tous les niveaux pour changer graduellement les équations si elle a vraiment l’intention de changer la donne en faveur des communautés moins favorisées, qu’il s’agisse de communautés noires, jaunes, bruns, tribale ou toute autre communauté marginalisée de ce genre qui ont été à la réception des pratiques discriminatoires.

Oui, le mouvement Black-Lives-Matter n’est pas nouveau. Il a toujours été là, cette fois il a attiré plus l’attention en raison de multiples raisons ... L’élection imminente des États-Unis n’est qu’une d’entre elles. En fait, j’ai un collègue noir du Kenya qui est vraiment troublé par l’attention accordée par les médias au mouvement BLM aux États-Unis et en Europe, sans mettre en évidence les vrais problèmes des Noirs en Afrique et la violence fondée sur le genre, ce qui a été mentionné par lui le 11 Juin 2020.. ses mots  « Mercy Cherono a été attachée et traînée sur une moto tandis que la police la batte ... pendant 10kms jusqu’à ce que ses vêtements se transforment en lambeaux sur la route, et qu'elle soit à moitié nue. Mais désolé, nous sommes occupés à protester aux États-Unis » Je partage un clip de nouvelles de cet incident avec vous pour votre référence.

En tant qu’évaluateurs, je dirais que nous essayons d’être des facilitateurs et que nous aimerions jouer un rôle actif dans les domaines et aussi fournir des solutions. Malheureusement, dans les évaluations commandées, nos recommandations ne sont guère intégrées dans la pratique réelle que la race entre en jeu à plusieurs niveaux. Tout d’abord, un évaluateur du Nord est généralement préféré et les décideurs sont conscients des raisons de leur choix.  En ce qui concerne "Qualifications & Experiences  », le Sud global commence déjà à un désavantage. L’écart inhérent des capacités (y compris l’expertise en évaluation) du Nord par rapport au Sud global se maintiendra pour de diverses raisons et de pratiques discriminatoires systémiques superposées sous les empreintes fines. Une raison évidente sur laquelle je m’oppose fermement est l’incapacité des candidats à prouver toute expérience à l’étranger, en ce qui me concerne, étant une Indienne au cours des trois dernières décennies les agences internationales me confient généralement des missions de suivi et d’évaluation en Inde et j’ai une expérience limitée dans les voisins Népal et Bangladesh. À moins que l’on n’ait la chance d’entreprendre des missions à l’étranger, on n’aura jamais cette expérience et ce cercle vicieux ne peut jamais être brisé et les lacunes dans les compétences, les capacités, la richesse, le sexe, les actifs, l’équation du pouvoir, etc. vont rester présents. Les grands acteurs du développement sont plus intéressés à projeter l’image qu’ils ont des politiques de diversité et d’inclusion en place en noir et blanc et ne jamais sincèrement se soucier de le pratiquer pour mettre les mortels moindres à égalité avec eux. 

Archana Sharma

Director, BINDU