Hynda [user:field_middlename] Habchi Krachni

Hynda Habchi Krachni

Directrice de Mission
Ministère de Finances (Algérie)
Algérie

My contributions

    • Chère communauté.

      Je suis désolée de ne pas être revenue plus tôt vers vous. Cela est dû à un grand chantier professionnel, avant le départ en congé.

      Merci pour vos contributions et le partage de vos opinions et analyses, concernant ma question sur les erreurs lors de la conception des politiques publiques et des projets.

      Vos réponses sont toutes pertinentes et se complètent parfaitement.

      Un merci particulier à Mustapha MALKI, à Lal-Manavado, à Isha Miranda,Emile N.Houngbo et à Gninnan Oumar Sako, pour votre réactivité et pour la qualité de vos contributions.

      Hynda Habchi Krachni 

    • Bonjour à toute la communauté,

      Merci à Natalia pour sa question tout à fait pertinente.

      Les résultats sont souvent présentés par le concepteur du programme, du projet ou de la politique à évaluer. Cette présentation peut ne pas être pertinente car justement le concepteur et l’exécutant redoutent l'évaluation des résultats et consciemment ou inconsciemment, le recours à des termes ambigus est souvent utilisé.

      Dans l'exercice de mes fonctions, j'ai déjà rencontré ce type de situation et pour le besoin d'une évaluation objective, j'ai dû élaborer des canevas avec la terminologie adéquate et j'ai demandé à ce qu'on me présente les résultats selon les dits canevas.

      Bien entendu, le traitement des résultats chiffrés, présentés selon les nouveaux canevas, a permis de dégoupiller la chose et cela s'est avéré très efficace, car nous avons ainsi pu mettre à nu les chiffres initialement annoncés.

      Je peux donner un exemple très simple: un projet a été déclaré lancé alors qu'en cherchant ce qui se cachait derrière l’appellation "lancé", il s'est avéré que le projet était à la phase de son inscription comme opération planifiée.

      Un autre exemple: un projet était considéré comme "réalisé", alors que la réception provisoire n'était pas prononcée. Or cette dernière peut donner lieu à des réserves, dont la prise en charge prendra des délais plus ou moins longs et concrètement le projet serait en cours de réalisation et non pas réalisé.

      J'espère avoir pu vous aider un petit peu.

      Trés bonne journée à tous.

      Hynda Krachni

      Ministère de Finances, Algérie

  • What are your evaluation challenges?

    Blog

    La dernière discussion au sein de la communauté de pratique EVAL-ForwARD a porté sur les contraintes rencontrés par les évaluations dans les secteurs de l'agriculture, du développement rural et de la sécurité alimentaire et au-delà.

    Voici un résumé des problèmes émergents et des solutions proposées.

    Les participants à la discussion ont identifié les défis suivants et les solutions possibles pour mener des évaluations des programmes d’agriculture, de développement rural et de sécurité alimentaire:

    • Manque ou disponibilité limitée de données et d'informations de base. Ce problème peut être résolu en reconstruisant les lignes de base, par exemple en utilisant des
  • Challenges of evaluation

    Discussion
    • Bonjour chers amis,

      Je suis vraiment contente. Les dernières contributions de Mustapha, Nasser et Raoudha sont tout à fait pertinentes. Merci de les partager avec nous.

      Le respect des principes de l'évaluation est capital dans la conduite de toutes les évaluations pour en garantir l'objectivité et par conséquent apporter les réponses aux questions posées et y introduire les correctifs nécessaires.

      Le riche débat qui a découlé de ma question, met en exergue la grande diversité des contraintes rencontrées et leur impact sur les résultats de l'évaluation.

      Certaines incombent aux évalués, d'autres aux évaluateurs et d'autres encore aux politiques et dispositifs fixés.

      Encore une fois, merci à tous pour votre réactivité et la pertinence de vos contributions.

      Hynda

      Alger

    • Chère Isha, chère communauté,

      C'est exact. L'environnement est déterminant dans la réussite des évaluations, notamment celles liées à l'agriculture et au développement agricole. Le nombre important d'intervenants, limite quelque peu ce travail de communication et de sensibilisation à l'importance de l'évaluation. Il me paraît capital, aujourd'hui, de développer les compétences de communication et de "crédibilité" de l'évaluateur. Cette crédibilité n'a pas uniquement une portée technique, mais aussi une dimension formative très importante. Notre vis à vis, en comprenant la portée de l'évaluation, développera une confiance avec nous et plutôt qu'une relation de méfiance, un véritable travail de collaboration entre les parties sera développé, ce qui nous permet à coups sûrs d'atteindre de très bons résultats pour notre évaluation et contribuer par la même, au développement des différents dispositifs et politiques agricoles.

      Merci à tous!!!

       

    • [English translation below]

      Bonsoir chère communauté,

      Je vous remercie vivement pour votre réactivité.
      Les points de vue sont très pertinents et émanent de véritables professionnels, c'est ce qui rend le débat intéressant.

      Vos contributions se complètent et indiquent que les entraves à l'évaluation sont nombreuses et peuvent réellement impacter ses résultats.

      Pour ma part, je voudrais rajouter en plus du déficit de la culture de l'évaluation, particulièrement dans les pays en voie de développement, la confusion entre l'évaluation et le contrôle, l'audit ou l'enquête. 

      Pour moi, évaluatrice rattachée à une institution publique, c'est la contrainte principale que je rencontre.

      Je m’explique: une évaluation participative repose sur des entretiens. Cependant, lorsque votre vis à vis pense que vous opérez un contrôle, il se ferme car il a peur de la sanction qui peut être le résultat d'un contrôle. 

      Dans ce cas, un travail de sensibilisation est fait, dont le résultat n'est pas toujours satisfaisant.

      La compétence et la distanciation de l'évaluateur, sont également capitales pour une évaluation objective, sans aucun parti pris et qui prenne en compte l'ensemble des facettes.

      Merci encore à notre chère communauté. C'est un grand honneur d'être parmi vous. Cet espace d'échange nous permettra d'apprendre davantage sur la pratique de l'évaluation.

      Je souhaite à tous une bonne continuité. 

      ***

      Good evening dear community,

      I thank you very much for your responsiveness.

      The points of view are very relevant and come from real professionals, which makes the debate interesting.

      Your contributions complement each other and indicate that the obstacles to evaluation are numerous and can really impact its results.

      For my part, I would like to add in addition to the lack of evaluation culture, particularly in developing countries, the confusion between evaluation and inspection, auditing or investigation.

      For me, evaluator attached to a public institution, this is the main constraint that I encounter.

      I will explain: a participatory evaluation is based on interviews. However, when the person interviewed thinks you are doing an inspection, he stops because he is afraid of the penalty that may be the result of an inspection.

      In this case, an awareness raining work is carried out, but the result is not always satisfactory.

      The competence and distance of the evaluator are also crucial for an objective evaluation, without any bias and that takes into account all facets.

      Thanks again to our dear community. It is a great honor to be among you.

      This space of exchange will allow us to learn more about the practice of evaluation. I wish all of you good continuity.

  • The issues facing global agriculture

    Discussion
    • Bonjour,

      En tant que pratiquante de l'évaluation, les aspects cités par Mme Isha sont indispensables à une évaluation objective.

      Comment peut on parler de sécurité alimentaire si l'on n'y associe pas les avantages que la technologie et le développement apportés aux machines et outils indispensables à l'agriculteur?

      Les quantités produites, la rapidité du traitement et de la récolte sont étroitement liés à cet aspect. Bien sur la question de leur accessibilité aux agriculteurs des pays pauvres reste posée.

      Concernant le second point, à savoir la propriété foncière de l'agriculteur, il me semble qu'elle est cruciale. L'être humain s'investit plus et mieux lorsqu'il est propriétaire. Autrement dit, les formules de concessions, villages agricoles, fermes collectives ont vite montré leurs limites malgré l'existence de cas de réussite.

      Ensuite la dernière question relative à l'accès aux crédits et aux financements, mérité d'être étudiée sérieusement car il est important de situer les dispositifs d'aide au financement, entre une politique d'encouragement qui devrait aboutir à  l'autonomie de l'agriculteur et celle de l'assistance qui donne lieu à un agriculteur assisté, s'éloignant de toute initiative.

      La question des prix reste étroitement liée à la politique de régulation du pays auquel appartient l'agriculteur.En d'autres termes, évaluer une politique d'agriculture revient à evaluer: -ses objectifs stratégiques et chiffrés -les instruments réglementaires -les financements alloués  (directs et indirects tels que les crédits bonifiés, aides.....) -les résultats obtenus quantitativement et qualitativement.

      Bien entendu tout cela servira à  situer les forces et les faiblesses de l'agriculture en vue d'y apporter les recommandations idoines.

      Nb. Une évaluation objective est une évaluation qui prend en compte toutes les facettes du problème 

      Sincères salutations.

      Hynda Habchi Krachni.  Algérie