Re: Peut-on se contenter de l'évaluation seule pour s'assurer de l'atteinte des ODD?

Bonjour chers contributeurs et merci pour le débat passionnant autour de l’importance des fonctions du suivi et de l’évaluation dans le cadre de la mise en œuvre des projets/programmes nationaux concourant à l’atteinte des ODD.

Dans un premier temps, il convient de rappeler que les fonctions de suivi et d’évaluation viennent toutes au cours de la phase active des projets/programmes, donc après la phase de planification et donc d’établissement du cadre logique de développement. Toutefois, quoique complémentaires, les deux fonctions ont une importance distincte. 

En effet :

1-  Le suivi est un processus continu et systématique de collecte et d'analyse d'informations pour comparer la performance d'un projet/programme ou d'une politique par rapport aux résultats attendus. Il s'agit de suivre l'évolution des résultats attendus et des ressources dépensées en utilisant des indicateurs appropriés.

2-  L’évaluation quant à elle, vise à mesurer les effets et l’impact des actions menées dans l’exécution du projet/programme/politique à travers sa pertinence, son efficacité, son efficience, son impact et sa durabilité en vue de tirer des enseignements pour guider des prises de décisions. L'évaluation permet d’analyser l'adéquation de la conception du projet à l'approche de mise en œuvre et d'atteinte des résultats.

On constate à travers ces deux définitions que la fonction de suivi est interne à l’organisation de mise en œuvre du projet/programme/politique, mais celle de l’évaluation peut être interne et externe (pour des besoins d’objectivité et d’expertise pointue en vue d’une opinion indépendante).

Le suivi est un processus continu et tend à se concentrer sur les activités en cours. Les évaluations, quant à elles, sont effectuées à des moments précis, pour examiner comment les activités se sont déroulées et quels ont été leurs effets. Les données de suivi sont généralement utilisées par les gestionnaires pour la mise en œuvre des projets/ programmes, le suivi des produits, la gestion du budget, la conformité avec les procédures, etc. Les évaluations peuvent guider la mise en œuvre (Ex : évaluation à mi-parcours), mais elles sont moins fréquentes et examinent plutôt les changements importants (réalisations) qui appellent une plus grande rigueur méthodologique dans l’analyse, tels que l’impact et la pertinence d’une intervention.

In fine, la distinction qu’il convient de faire entre suivi et évaluation réside dans le fait que le suivi analyse en continu de l'avancement du projet vers l'obtention des résultats prévus dans le but d'améliorer la prise de décision et la gestion ; pendant que l’évaluation apprécie l’efficience, l'efficacité, l’impact, la pertinence et la durabilité des politiques et des activités de mise en œuvre.

Pour en revenir à l’importance accordée au suivi et l’évaluation par les partenaires au développement, il est évident que l’évaluation doit leur tenir plus à cœur dans la mesure où ils ont une appréhension globale des véritables changements induits par leur intervention. Le suivi quant à lui est indéniablement lié à la capacité de gestion des états bénéficiaires du projet. C’est à eux que revient la responsabilité de bien suivre le projet afin d’améliorer au besoin les modes de gestion pour atteindre les résultats escomptés. Et je crois que pour cette fonction, même si parfois les ressources (humaines, matérielles ou financières) sont insuffisantes, les partenaires au développement prévoient à l’avance une cagnotte pour ça. Aussi, l’évaluation permettra de corroborer les grands dysfonctionnements relevés tout au long du suivi et n’ayant pas trouvé une solution notable avant la fin de l’intervention pour établir des leçons (capitalisation des acquis) à appliquer dans la mise en œuvre d’autres initiatives.

En termes de suggestion/recommandation, on peut proposer que: 

(i) les partenaires au développement soient un peu plus flexibles à réorienter et/ou apporter des appuis spécifiques au projet/programme/politique lorsque des dysfonctionnements récurrents sont notés au niveau du suivi pour éviter d’avoir l’impression qu’en fin d’intervention, le suivi n’a pas été bien fait. C’est bien là que se situe tout l’intérêt de l’évaluation à mi-parcours pour permettre de mener des réflexions, afin d’éclairer et ajuster au besoin les actions du projet/programme/politique. C’est à cette seule condition que nous n’aurons plus l’impression que l’importance accordée au suivi est disproportionnée par rapport à celle accordée à l’évaluation. 

(ii) Il est tout aussi important de renforcer considérablement les capacités des organes de gestion des projets/programmes/politiques à l’interne afin que les fonctions de suivi soient efficacement mises en œuvre pour faciliter l’évaluation et orienter les partenaires dans leurs appuis spécifiques à apporter au cours de l'exécution du projet/programme/politique.

Cordiales salutations à tous,

 

table