Re: Comment utiliser la gestion des connaissances pour renforcer l'impact d’évaluations sur le développement des petites exploitations agricoles ?

Chers Paul et Bassirou,

Merci d'avoir soulevé des questions très pertinentes. Dans ma pratique de l'évaluation, j'ai vu la gestion des connaissances comme ne faisant pas partie de la programmation ou comme travaillant séparément (ou devrais-je dire "à distance", le slogan actuel !) de la fonction de S&E, les jumeaux communiquant à peine entre eux. J'espère et je souhaite le succès de votre initiative/expérience visant à les regrouper au sein d'une seule unité ou à initier une forme de convergence. Comme vous le reconnaissez tous les deux, la gestion des connaissances et le S&E ont des rôles différents et des compétences requises différentes. Des synergies sont possibles, mais les tensions sont inévitables. La manière dont elles sont gérées dans un processus d'intégration déterminera son succès et son efficacité.  Il va sans dire qu'une répartition cohérente des rôles et des lignes de communication claires entre les différents membres de l'"unité unique" seraient la clé du succès. D'autant plus que les données de suivi et d'évaluation sont susceptibles d'alimenter les processus de gestion des connaissances. Parfois, la gestion des connaissances est sélective en termes de communication de certains éléments de suivi et d'évaluation, ce qui peut également créer des points de friction pour les membres de l'équipe de suivi et d'évaluation indépendants. Parfois, la gestion des connaissances exige des "histoires de réussite" de la part des équipes de S&E et des programmes. Inversement, pour une équipe de suivi et d'évaluation et un programme, la fonction de gestion des connaissances est cruciale pour l'adoption et le changement de comportement (généralement des résultats au niveau des résultats), et on s'attend donc à ce que la gestion des connaissances ait les capacités nécessaires pour relayer les preuves par le biais d'infographies conviviales et d'autres outils, en utilisant les médias traditionnels, sociaux et nouveaux pour mieux atteindre le public cible. En outre, une équipe de programme et de suivi et d'évaluation s'attendrait à ce que la communication soit cohérente et continue afin d'accroître la durabilité des messages et de maintenir la dynamique de l'adoption du programme. La gestion des connaissances peut percevoir cette attente comme quelque peu exagérée et les tensions qui en découlent doivent donc être gérées. Je suis sûr que vous êtes conscient de tous ces problèmes et que vous êtes en bonne voie pour parvenir à une convergence raisonnablement harmonieuse de la gestion des connaissances et du S&E, ce qui n'en constitue pas moins un défi.

Je vous remercie et vous souhaite bonne chance,

Ravi