Re: Comment utiliser la gestion des connaissances pour renforcer l'impact d’évaluations sur le développement des petites exploitations agricoles ?

Pendant plus de 11 ans, j'ai participé à la mise en place du système de gestion des connaissances pour les projets/programmes soutenus par le FIDA en Afrique orientale et australe. J'ai participé à de nombreuses conceptions, aides à la mise en œuvre et évaluations. À mon avis, le FIDA n'a commencé à gérer les connaissances qu'après avoir pris la relève de l'UNOPS et commencé à fournir un soutien direct à la mise en œuvre des projets et programmes. Le lien entre les activités de projet et le COSOP (Programme d'opportunités stratégiques par pays) et l'accent mis sur l'impact est très récent, peut-être 2012 en Afrique de l'Est et en Afrique australe. Chaque pays avait un objectif de bénéficiaires à sortir de la pauvreté.

L'impulsion a poussé les bureaux de pays à réfléchir à chaque projet et à la manière dont ils allaient contribuer à l'objectif et à essayer de lier cet objectif à l'impact de la politique du pays. C'était un véritable défi. Les questions d'agrégation et d'attribution étaient essentielles, car les projets se chevauchaient dans leurs domaines d'intervention. Les projets ont bénéficié d'un soutien pour mettre en place une plateforme de suivi et d'évaluation en ligne afin de faciliter la collecte de données, des consultants ont été recrutés pour soutenir la production de connaissances et des récits de terrain, et des subventions d'apprentissage systématique ont été accordées pour soutenir l'apprentissage.

Certains projets, comme le projet de commercialisation des produits laitiers par les petits exploitants au Kenya, d'autres sur l'accès au marché, au Mozambique, le programme de financement rural, en Zambie, le programme de développement de l'huile végétale, en Ouganda, ont donné de bons résultats, tandis que d'autres ont eu des difficultés à assurer le suivi et l'évaluation et à établir des liens avec l'impact.

Les anciens projets que nous avons examinés ont tiré des leçons des projets passés, mais les projets récents ont intégré la gestion des connaissances et l'apprentissage comme éléments. Cela a fait de l'apprentissage une activité importante dans les projets. Nous avons développé un cadre d'apprentissage qui intègre la gestion des connaissances en termes de gestion de l'information, de S&E orienté vers l'apprentissage, de communication interne et externe, d'innovation et d'expérimentation, le tout lié pour l'apprentissage et l'adaptation.

Juste mes cinq cents....

.