Aborder l’inclusion des personnes en situation de handicap à travers les évaluations dans l’agriculture et le développement rural

image
©FAO

Aborder l’inclusion des personnes en situation de handicap à travers les évaluations dans l’agriculture et le développement rural

Chers membres d’EvalForward,

J’aimerais entendre votre expérience en matière d’inclusion des personnes avec un handicap dans les évaluations.

La Stratégie des Nations Unies pour l’inclusion du handicap (UNDIS) de 2019 offre la base pour favoriser l’accomplissement de progrès durables et transformateurs en matière d’inclusion des personnes handicapées à travers de toutes les composantes de l’action de l’ONU. La Stratégie comprend une politique à l’échelle du système, un cadre de responsabilisation et d’autres modalités de mise en œuvre. Cette stratégie exige que les bureaux d’évaluation des agences et des organisations des Nations Unies rendent compte chaque année de la mesure dans laquelle l’inclusion des personnes en situation de handicap a été traitée dans le cadre de leurs évaluations. Pour certaines entités des Nations Unies, c’est la première fois que l’inclusion du handicap est abordée de manière systématique par le biais de programmes et d’évaluations, ce qui nécessite un remodelage des approches et des méthodologies d’évaluation.

Les personnes handicapées, telles que définies par la Convention de 2008 sur les droits des personnes handicapées, comprennent celles qui ont des déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles à long terme qui, en interaction avec divers obstacles, peuvent entraver leur participation pleine et effective à la société sur un pied d’égalité avec les autres. L’inclusion des personnes handicapées implique donc leur participation significative, tout en respectant leur diversité, en promouvant leurs droits et en tenant compte des perspectives relatives aux personnes handicapées, conformément à la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Des études récentes suggèrent qu’à l’heure actuelle, il y a environ 1 milliard de personnes en situation de handicap dans le monde (environ 15 pour cent de la population mondiale), dont 80 pour cent (800 millions) vivent dans les pays en développement (voir par exemple le Rapport phare des Nations Unies sur le handicap et le développement). Bien que l’analyse de l’incidence, de la répartition et des tendances en matière d’handicap soit limitée par l’absence de données de haute qualité, les études disponibles indiquent qu’il existe une corrélation positive entre la pauvreté et le handicap, tant au niveau individuel qu’au niveau du ménage, et que le handicap est généralement associé à la pauvreté multidimensionnelle. Cette corrélation est encore plus prononcée dans les zones rurales.

Malgré les défis importants auxquels sont confrontées les personnes handicapées vivant dans les zones rurales, il y a relativement peu d’expérience dans la lutte pour leur inclusion dans les évaluations en matière d’agriculture, développement rural et sécurité alimentaire.

Je voudrais donc puiser dans les expériences et l’expertise du réseau EvalForward :

  • Quelle a été votre expérience en matière d’inclusion des personnes handicapées par le biais d’évaluations?
  • Quelles pratiques pouvez-vous suggérer pour assurer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans nos évaluations?
  • Quels défis prévoyez-vous pour assurer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans nos consultations avec les intervenants et nos activités de sensibilisation à l’avenir?
  • Pouvez-vous nous parler d’évaluations publiées qui ont explicitement abordé les questions d’inclusion des personnes handicapées, afin de nous aider à établir un référentiel d’exemples de pratiques exemplaires?

J’ai hâte de vous entendre alors que nous ouvrons cette importante discussion.

Cordialement

Eoghan Molloy

Spécialiste de l’évaluation

Bureau indépendant d’évaluation (IOE) 

Fonds international pour le développement agricole (FIDA)

Chers collègues d’Eval Forward;

Un sujet très intéressant en effet, merci beaucoup à Eoghan pour l’avoir abordé.

Je voudrais ajouter ma contribution de l’expérience du Rwanda sur une évaluation de projet spécifique du secteur agricole au Rwanda, où les personnes handicapées ont été incluses, de la conception de projets à la mise en œuvre et à l’évaluation.

Dans le secteur agricole en particulier, l’inclusion sociale est un aspect essentiel et les handicaps sont un problème transversal dans tous les secteurs de prestation de services au Rwanda conformément à la Politique de protection sociale, ce qui signifie dans tous les cycles de projets et programmes ainsi que toutes les interventions de développement.

La Stratégie quinquennale de transformation de l’agriculture pour le Rwanda (PSTA 4) reconnaît l’importance de répondre aux besoins de tous les acteurs du secteur agricole et de permettre aux agriculteurs et aux entreprises agroalimentaires de réaliser leur plein potentiel. Le PSTA 4 favorise l’inclusion des personnes handicapées dans le secteur agricole, par le biais de mesures telles que la technologie adaptative et les technologies d’économie de main-d’œuvre. En outre, le PSTA 4 s’attaque au VIH/sida grâce à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les technologies d’économie de main-d’œuvre, car les personnes touchées peuvent avoir réduit leurs capacités physiques.

De même, le secteur de la protection sociale (conformément à la politique de protection sociale) est chargé de procéder à l’évaluation des besoins des ménages pauvres et vulnérables (ménages dirigés par des femmes, personnes handicapées, chefs de famille séropositifs, ménages dirigés par l’enfant ...) et de travailler avec le secteur de l’agriculture (en particulier le Ministère de l’agriculture et le Conseil de l’agriculture du Rwanda, les OSC axés sur l’agriculture et les organisations du secteur privé) afin de garantir la protection sociale et l’inclusion des bénéficiaires dans les programmes et les projets du secteur agricole.

Un exemple précis d’évaluation de projet dans lequel les personnes handicapées ont été incluses est;

Le projet « Rwanda Private Sector Driven Agricultural Growth (PSDAG) » financé par l’USAID a été mis en œuvre au Rwanda, l’un de ses objectifs étant un objectif de coupe croisée sur l’inclusion sociale du genre, des jeunes (définis comme âgés de 18 à 35 ans) et des personnes handicapées (PWD).

Dans le cadre du groupe Cible du projet; Le PSDAG soutient les organismes gouvernementaux impliqués dans la promotion de l’investissement, le PSDAG renforce également la capacité du secteur privé et facilite l’expansion des investissements pour les entités existantes et nouvelles du secteur privé (entreprises locales et internationales situées au Rwanda).

Le PSDAG soutient les entités privées qui favorisent une croissance inclusive qui démontrent leur potentiel au profit des petits agriculteurs, de l’autonomisation économique des femmes, du leadership des femmes et de l’engagement des jeunes et des personnes handicapées et du PSDAG a participé activement dans 15 districts au Rwanda.

Le projet a fait l’acquisition d’une évaluation du rendement en 2018 et s’est assuré que le processus était socialement inclusif, par exemple, un extrait de la section méthodologie;

 « Entre le 22 mai 2018 et le 4 juin 2018, l’équipe d’évaluation a mené un total de 16 discussions avec 106 répondants sur 120 prévus, soit 88,4 %. Il s’agissait de petits exploitants agricoles appartenant à des coopératives agricoles locales soutenues par des activités, y compris des représentants d’autres groupes, y compris des femmes, des jeunes et des personnes handicapées (PWD). L’un des principaux facteurs pris en considération au cours de l’évaluation a été d’assurer un environnement propice à la participation de tous les répondants en particulier.

En vertu de la section recommandation, l’équipe d’évaluation avait ceci à dire sur l’inclusion sociale, entre autres;

« Inclusion sociale : Dans les entrevues avec les informateurs clés et les discussions de groupe, les innovations ou d’autres approches suggérées par les répondants pour améliorer l’engagement significatif des groupes de bénéficiaires ciblés comprenaient, entre autres :

·         Promouvoir les technologies numériques, en particulier pour améliorer l’engagement des jeunes; et promouvoir l’accès aux possibilités de services financiers existants pour tous.

·         L’USAID/Rwanda et d’autres donateurs devraient envisager de promouvoir des projets pilotes déployant ces approches inclusives auprès de coopératives visant à accroître l’engagement des femmes, des jeunes et des personnes handicapées.

Bien que certains progrès aient été réalisés, les écarts sont encore nombreux, la plupart des projets envisagent des personnes handicapées à l’étape de la conception, mais une participation très limitée aux processus de prise de décision et d’évaluation, certains personnes handicapés ont des limitations de déplacement vers des domaines où, par exemple, les discussion de groupe sont menées, ils ont peu d’information sur l’état du projet en raison de leur participation limitée aux projets et sont donc laissés de côté pendant les évaluations.

Les gestionnaires de projet et les évaluateurs doivent faire davantage d’efforts pour appuyer la pleine participation de personnes handicapés aux évaluations de projets, en veillant à ce que nous ne laissions personne de côté dans le processus.

Un week-end agréable,

Judith

Salutation!

Nous continuerons à partir de là où nous nous sommes laissés dans notre contribution précédente, qui est donnée ci-dessous. En évitant toute expression arcane généralement utilisée, soulignons quelques faits importants pour les personnes handicapées réelles en ce qui concerne les activités agricoles:

   • Certains handicaps comme la cécité ou une déficience visuelle grave empêcheront les gens de s’engager dans des travaux agricoles de quelque façon que ce soit.

   • Cela s’appliquera également aux personnes à mobilité réduite en raison d’une blessure aux jambes ou d’une mysthénie gravis, etc.

   • Certains dysfonctionnements mentaux peuvent empêcher les malades de participer à des activités agricoles.

   • Ainsi, les possibilités offertes aux personnes handicapées dans l’agriculture sont limitées en raison de certains handicaps physiques ou mentaux dont elles souffrent. C’est la situation dans la vie réelle.

   • Toutefois, les personnes sourdes et celles qui souffrent d’autres handicaps peuvent être en mesure de s’engager de façon fructueuse dans l’agriculture à condition que ce qu’elles prévoient faire ne leur impose pas une pression indue.

   • Ce que ces personnes peuvent utilement faire dépend des conditions réelles qui existent dans la région où ils vivent. Nous ne pouvons suggérer aucune amélioration significative à moins d’avoir des renseignements spécifiques à la région.

Nous espérons que les planificateurs de projets et les évaluateurs commenceront là et commenceront dès le début plutôt que de fonder leurs travaux sur des documents théoriques ou académiques. Après tout, nous essayons d’améliorer la vie des vraies personnes, n’est-ce pas ?

Meilleurs voeux!

Lal Manavado.

Genta Konci

Genta Konci

Independent Office of EvaluationUNDP
  • Quelle a été votre expérience en matière d’inclusion des personnes handicapées par le biais d’évaluations?

Le Bureau indépendant d’évaluation du PNUD a mené une évaluation sur l’inclusion des personnes handicapées au PNUD en 2016.  L’évaluation s’est penchée à la fois sur l’inclusion des personnes handicapées dans les programmes, ainsi que sur l’accueil des personnes handicapées au sein de son personnel, ce qui permet des considérations opérationnelles et de programmation.

Cette évaluation a également joué un rôle clé en aidant le PNUD à combler les lacunes dans le respect des normes d’inclusion en matière d’invalidité et est devenue un outil de plaidoyer pour guider et promouvoir l’inclusion des personnes handicapées dans l’ensemble du PNUD. L’équipe d’évaluation comprenait deux personnes handicapées, et l’évaluateur principal possédait une vaste expertise dans l’évaluation des droits de la personne dans le développement. Les questions d’évaluation portaient sur quatre aspects de l’inclusion du handicap (accessibilité, responsabilisation, participation et non-discrimination). De plus, la cartographie des intervenants en évaluation et les méthodes de collecte de données impliquaient activement les personnes handicapées et leurs organisations représentatives dans toutes les études de cas du pays, les consultations régionales et les consultations du siège.

Le moment était fortuit, et les efforts de l’équipe pour s’engager avec les associations et les personnes handicapées – y compris au sein de l’équipe d’évaluation, ont été remarquables. L’évaluation inclusive des handicaps a eu un impact – influençant l’élaboration d’une nouvelle stratégie du PNUD sur les handicaps et la récente stratégie à l’échelle des Nations Unies.

  • Quelles pratiques pouvez-vous suggérer pour assurer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans nos évaluations?

La réalisation d’une évaluation thématique de l’inclusion des personnes handicapées s’est avérée être un élément directeur très important pour les travaux du PNUD et la stratégie des Nations Unies sur le handicap. En même temps, elle a fourni au Bureau d’évaluation un aperçu supplémentaire des méthodes utilisées pour évaluer le handicap ainsi qu’une meilleure sensibilisation et compréhension du sujet.

Le Bureau d’Evaluation appuie la mise en œuvre de la Stratégie des Nations Unies pour l’inclusion des personnes handicapées et a rendu compte de l’état du handicap dans l’évaluation, qui servira de base pour mesurer les progrès réalisés en vue de l’inclusion des personnes handicapées dans l’évaluation. Le Bureau d’Evaluation s’est engagée à inclure dans les lignes directrices actuelle sur l’évaluation des indications sur la façon de s’attaquer à l’inclusion en matière d’invalidité; d’inclure davantage l’invalidité dans le processus d’évaluation; et de procéder à une méta-analyse des constatations, des conclusions et des recommandations de l’évaluation relatives à l’inclusion du handicap.

  • Quels défis prévoyez-vous pour assurer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans nos consultations avec les intervenants et nos activités de sensibilisation à l’avenir?

Au moment de l’évaluation l’équipe a dû relever des défis pour identifier et cartographier les travaux du PNUD sur le développement inclusif en matière de handicap, tant au niveau programmatique qu’interne/institutionnel. Le développement inclusif pour les personnes handicapées n’est pas un domaine de travail distinctif qui est mis en évidence dans le Plan stratégique du PNUD, et les bureaux de pays n’ont pas été tenus de rendre compte de l’étendue de leur soutien et de leurs activités dans ce domaine. Par conséquent, bien que de nombreux projets du PNUD s’identifient comme faisant attention aux «groupes vulnérable », peu ont clairement indiqué leur pertinence pour les personnes handicapées, et encore moins identifient un budget spécifique pour ces travaux. Un autre défi était les dossiers de données incomplets des travaux antérieurs du projet. Avec le roulement assez rapide du personnel dans de nombreux bureaux de pays, il y avait des lacunes importantes dans la mémoire institutionnelle. Par conséquent, le portefeuille mondial énoncé dans cette évaluation peut ne pas tenir pleinement et exactement compte de tous les projets liés au handicap que le PNUD a réalisés.

  • Pouvez-vous nous indiquer des évaluations publiées qui ont explicitement abordé les questions d’inclusion des personnes handicapées, afin de nous aider à établir un référentiel d’exemples de pratiques exemplaires?

Évaluation de l’inclusion des personnes handicapées du PNUD : http://web.undp.org/evaluation/evaluations/thematic/disability.shtml

 

Bonjour à tous !

En termes généraux au sujet de l’évaluation, il ne semble pas y avoir d’accord à grande échelle sur ce que l’on entend évaluer exactement. En évitant l’utilisation de tout jargon, nous aurions pensé que ce qui compte vraiment, c’est d’évaluer si un projet/programme a réussi à améliorer la qualité de vie du groupe cible qu’il a été conçu pour en bénéficier. Ce n’est pas la même chose que la conclusion physique réussie de tout effort de développement. Par exemple, lors d’une discussion antérieure, l’achèvement réussi d’une voie motrice moderne et d’un pont pour rejoindre une île et la terre principale avaient été cités comme vains efforts.

Nous avons souligné qu’il est essentiel de répondre aux critères suivants si l’on veut qu’un projet profite à son groupe cible :

1. Il est durable par le groupe cible en ce qui concerne les ressources physiques dont il dispose.

2. La compétence requise pour l’exécuter et la maintenir relève des compétences disponibles du groupe cible.

3. Le projet apporte une contribution significative à l’amélioration de l’éducation dans son sens réel, la santé, la nutrition, la sécurité dans son sens le plus large, la procréation et ce que nous avons appelé les besoins non matériels. Ce dernier comprend le plaisir esthétique c’est-à-dire la littérature, la musique, etc., la participation à des jeux et des sports, etc. L’amélioration d’un ou de plusieurs d’entre eux augmentera la qualité de vie.

Après ces remarques préliminaires, il est clair que ce que nous devons découvrir, c’est comment et dans quelle mesure les activités agricoles peuvent contribuer à la qualité de vie des personnes handicapées. Nous espérons que les travaux sur ce domaine réussiront à déterminer ce qui est possible à réaliser en termes clairs et concis.

Meilleurs voeux!

Lal Manavado.

Åsne Kalland Aarstad

Åsne Kalland Aarstad

Senior Adviser, Evaluation DepartmentNorad

La dernière évaluation sur l’inclusion des personnes handicapées commandée par le Département d’évaluation du Norad a été lancée en 2012 et peut être consultée ici (en anglais): https://norad.no/om-bistand/publikasjon/2012/mainstreaming-disability-in-the-new-development-paradigm-evaluation-of-norwegian-support-to-promote-the-rights-of-persons-with-disabilities/
Dans le cadre de la préparation d’une prochaine évaluation sur l’inclusion des personnes handicapées, le Département de l’évaluation a largement consulté les intervenants, y compris un certain nombre d’Organisations de personnes handicapés basés en Norvège. Une question qui a été soulevée à plusieurs reprises au cours de notre consultation concerne la nécessité d’une clarté sur les termes et les définitions, la garantie d’un langage commun et des méthodes de mesure communes, la garantie de données fiables et comparables.

Le Département de l’évaluation commande actuellement une cartographie des efforts de la Norvège en matière d’inclusion des personnes handicapées à partir de 2010 et plus tard. La cartographie prendra un point de départ dans le marqueur politique récemment introduit par l’OCDE du CAD sur l’inclusion et l’autonomisation des personnes handicapées (en anglais : http://www.oecd.org/officialdocuments/publicdisplaydocumentpdf/?cote=DCD/DAC/STAT/RD(2019)1/RD1&docLanguage=En)

 

Chers membres d’Eval Forward,

Je vous remercie pour les idées et les exemples très utiles qui ont été fournis jusqu’à présent en réponse à mon sujet de discussion concernant l’inclusion des personnes handicapées dans les évaluations relatives à l’agriculture et au développement rural.

Nous avons eu des contributions très intéressantes, comme la capture des réponses individuelles des personnes handicapées par le biais de l’enquête auprès des ménages menée pour l’évaluation humanitaire interinstituite de la réponse à la sécheresse en Éthiopie 2015-2018, telle que partagée par Amleset Haile. D’autres contributions, comme celle de Bassirou Diagne, ont soulevé le point que l’inclusion des personnes handicapées pourrait être prise en compte dans le cadre d’analyses relatives aux « groupes vulnérable ». Toutefois, soulignant la complexité du sujet, Mohammad Lardi a partagé l’exemple d’une étude multi-pays du PNUD sur les jeunes handicapés, qui a donné une analyse approfondie des vulnérabilités et des marginalités rencontrées par les personnes handicapées (par exemple, statut HIV, sexe, distance par rapport aux zones urbaines, pauvreté, âge, etc.) et a fait en sorte que chaque handicap est différent et qu’il est quelque peu artificiel de « pondérer tout le monde sous la même rubrique »

Comme Pamela White l’a fait remarquer, les gens pourraient avoir tendance à avoir une compréhension différente et subjective de ce que le « handicap » implique, et donc ils pourraient ne pas s’identifier si facilement comme ayant un handicap, pour une foule de raisons. De même, Lal Manavado a souligné que les personnes handicapées qui vivent dans les zones rurales sont peut-être encore plus susceptibles d’être exclues ou mal représentées, et qu’il faut donc des soins et des considérations supplémentaires pour s’assurer que les évaluations tiennent véritablement compte des points de vue des personnes handicapées vivant dans les zones rurales.

De ce point de vue, je suis curieux de savoir comment l’IAHE en Éthiopie, ou même d’autres évaluations ont identifié les personnes handicapées dans leur échantillonnage, et quelles sont les meilleures pratiques acceptées pour le faire.

Merci encore à ceux d’entre vous qui ont fourni des liens vers des conseils externes (par exemple, le Washington Group on Disability Statistics). S’il y a des conseils similaires qui pourraient être utiles, n’hésitez pas à partager avec le réseau Eval Forward.

Et s’il vous plaît continuer à partager tous les autres exemples intéressants de la façon dont les personnes handicapées ont été inclus dans vos évaluations.

J’ai hâte de poursuivre cette discussion.

Eoghan

Cher Eoghan,

Merci d’avoir soulevé cette question. Salutations de l’Ethiopie. J’ai été membre de l’équipe de l’Évaluation humanitaire inter-agence de la réponse à la sécheresse en Éthiopie 2015 – 2018 et j’ai été le responsable de l’enquête communautaire affectée par la sécheresse menée pour la réponse de l’ONU en Éthiopie (2015-2018).  Dans le cadre du sondage, nous avons délibérément inclus divers types de membres de la communauté, y compris les personnes handicapées, et nous voulions également connaître leur réflexion sur les réponses fournies et la façon dont elle était perçue par les différents groupes.

Voici s’il vous plaît trouver le rapport ci-joint (en anglais) et se concentrer sur le processus, la méthodologie, et les questions elle-même et l’ensemble de l’approche à l’égard de l’évaluation. Je serais très heureux de partager en détail mon expérience dans cette évaluation si vous le trouvez utile. S’il vous plaît laissez-moi savoir, je serais très heureux de s’engager.

Sinceres salutations

Amleset

 

Chers collègues

J’aimerais vous faire part de mes commentaires sur la question des handicaps. Mon expérience dans ce domaine est un peu liée à la gestion de la mise en œuvre de l’évaluation. Au Maroc, je travaillais avec le Bureau du UNFPA en tant que représentant adjoint national lorsque le quartier général de l’UNFPA de New York a demandé ma contribution sur la gestion de l’évaluation de la santé reproductive sexuelle chez les jeunes au Maroc en juillet 2018.  Le projet intitulé « jeunes handicapés : étude mondiale sur la fin de la violence sexiste et la réalisation de la santé et des droits sexuels et reproductifs », mettait en lumière les mesures prometteuses prises en Équateur, au Maroc, au Mozambique et en Espagne.

L’étude a identifié de multiples domaines dans lesquels les OSC, les décideurs politiques nationaux, les organismes régionaux de surveillance et les organisations internationales font des progrès dans la réduction et l’élimination de la discrimination à l’égard des jeunes handicapés. Ce rapport vise à faire avancer ce travail important et à contribuer au mouvement mondial pour ne laisser personne derrière lui.

La spécificité est que le protocole standard a été conceptualisé par une équipe universitaire et nous avons essayé de le mettre en œuvre sur le terrain. La coordination et le plaidoyer ont été longs pour que l’évaluation soit acceptable par les partenaires nationaux. C’est une question compliquée, pour une combinaison de raisons peut-être la limite des rôles des parties prenantes et la population gravement handicapée ne sont pas tous représentés, et les soins de santé pour tout le monde est un problème dans les pays en développement. Certains ne sont pas dans les écoles des zones rurales. Il y a aussi un niveau de honte et de ne pas vouloir admettre qu’il y a un problème pour les personnes handicapées, en particulier pour la santé sexuelle et reproductive. 

Nous avons au Maroc des données, même désagréger les données déjà par sexe, emplacement. Et nous avons constaté que certaines institutions nationales font des enquêtes ciblées auprès des ménages pour essayer de découvrir les handicaps fonctionnels et comment ils pourraient être servis en participant aux activités sociales et économiques.

L’autre problème est que chaque handicap est différent – vous ne pouvez pas simplement regrouper tout le monde sous la même rubrique.

J’ai également rencontré des groupes organisés de personnes en condition de handicap (Agadir) dans le sud du Maroc - ils ont de bonnes idées, de bons projets et ont joué un grand rôle dans COVID-19 aider à cibler personnes en condition de handicap en particulier ceux qui sont plus dans le besoin par le plaidoyer à tous les niveaux qu’ils obtiennent de l’aide, les histoires de réussite existent et ont besoin d’évaluation.

Un autre problème concerne la catégorie des aînés parmi eux un taux élevé d’invalidité qui ont besoin d’une combinaison de stratégies. Nous n’avons pas fait tant de choses sur le handicap au Maroc. 

Je pense que dans le cadre de COVID 19 de nombreuses innovations révolutionnent nos approches pour atteindre les personnes handicapées inaccessibles, l’évaluation peut nous aider à documenter les histoires de réussite.

Comme j’ai participé à l’évaluation mentionnée ci-dessus et que je joins ici un bref résumé.

 

JEUNES HANDICAPÉS: JUILLET 2018

Étude mondiale sur la fin de la violence sexiste et la réalisation de la santé et des droits sexuels et reproductifs

Maroc

Le Maroc est largement représentatif des États arabes et des pays à revenu intermédiaire inférieur en général. Le Maroc se classe 123e sur les 188 inscrits à l’Indice de développement humain du PNUD. Il représente à la fois une région et un niveau de développement économique où de nombreux États développent de nouvelles institutions pour promouvoir les droits de l’homme de leurs citoyens, mais aussi faire face à des défis. Ces nouveaux développements comprennent des lois favorisant l’égalité des personnes handicapées, mais aussi des considérations spécifiques, notamment la stipulation selon laquelle les politiques et les pratiques de l’État ne sont pas en conflit avec les dispositions de la charia islamique, qui peuvent avoir un effet sur les politiques et stratégies mises en œuvre en matière de santé et de droits sexuels et de défense des droits et de prévention et d’intervention en matière de violence fondée sur le genre. Toutefois, le Maroc a été choisi pour cette étude en raison des progrès qu’il a réalisés en raison des progrès réalisés dans la promotion des droits des jeunes handicapés, y compris la jouissance et l’accès à la santé et aux droits sexuels et génésiques et aux services de prévention et d’intervention en matière de violence fondée sur le genre.

La recherche montre que le taux national de prévalence des personnes handicapées au Maroc est de 6,8 pour cent avec les handicaps les plus courants signalés comme étant liés à la mobilité et à l’exposition. Le ratio hommes et femmes est similaire, soit 49,7 % pour les hommes et 50,3 % pour les femmes. De plus, 60,8 % des personnes handicapées ont signalé des difficultés à accéder aux services de santé en général.

Le Maroc a réalisé ces dernières années des progrès significatifs dans l’élaboration du cadre juridique et politique nécessaire à la promotion des droits des jeunes handicapés liés aux services de prévention et d’intervention en droits sexuels et génésiques et services de prévention et d’intervention en matière de violence ces dernières années. De nombreuses lois dans ce cadre en sont actuellement aux dernières étapes de l’approbation. Le Maroc a signé et ratifié la CEDAW, le CRC et la CPRD et a développé un cadre juridique national pour leur mise en œuvre. La nouvelle Constitution nationale de 2011 inclut le droit à la santé pour tous les citoyens, et elle énonce l’intention de l’État de mobiliser tous les moyens disponibles pour faciliter l’égalité d’accès des citoyens aux droits du traitement, des soins de santé, de la protection sociale, de la couverture sanitaire, de la solidarité et de la vie dans un environnement sain. La Constitution reconnaît également le principe de l’égalité des sexes dans tous les droits et libertés civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux; le droit à l’intégrité physique et morale des individus; et le principe de l’égalité et la lutte contre toutes les formes de discrimination. Le Maroc a adopté la loi N° 103-13 sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes en 2018. Le Code criminel de 2003 a également été modifié pour interdire et punir la discrimination fondée sur le handicap.

POINTS CLÉS

  • Les jeunes handicapés sont confrontés à des obstacles spécifiques au contexte qui les empêchent d’exercer leurs droits sur un pied d’égalité avec les autres.
  • Les États ont l’obligation de concevoir des lois, des politiques et des programmes spécifiques au contexte qui traitent des crises humanitaires, de la pauvreté, de la ruralité, de la prévalence élevée du VIH/sida, de l’institutionnalisation et d’autres circonstances qui augmentent de manière disproportionnée le risque que les droits des jeunes handicapés soient violés.
  • Les jeunes sont exposés à un risque disproportionné de violence sexiste et d’exploitation sexuelle dans les conflits et les environnements post-conflit et à la suite de catastrophes naturelles.
  • Les États ont l’obligation positive de protéger les droits des personnes handicapées pendant et dans leurs réponses aux crises humanitaires.
  • La pauvreté elle-même est un obstacle pour les jeunes handicapés dans l’accès et la santé sexuelle et reproductive et les droits et les services de prévention et d’intervention en matière de violence fondée sur le genre sur une base égale avec les autres.
  • La majorité des jeunes handicapés dans les pays en développement vivent dans des zones rurales isolées qui n’ont pas accès à des services de santé sexuelle et à des services de violence fondé sur le genre, par rapport aux services urbains.

Cher Eoghan, 

Les collègues de l’UNICEF ont partagé les évaluations suivantes qui comprennent ou sont sur les enfants handicapés (en anglais): 

 

Cher Eoghan et d’autres membres,

J’essaie de réfléchir à la question des handicaps. Mon expérience avec cela est spécifiquement un peu plus liée à la mise en œuvre que l’évaluation. Au Népal, je travaille avec un projet de développement des ressources en eau financé par la Finlande et l’UE (RVWRMP), et nous avons essayé de travailler sur des questions liées au handicap, mais c’est délicat. Mis à part toute autre chose, dans les montagnes reculées où nous travaillons, il ya étonnamment peu de personnes handicapées (beaucoup moins qu’il devrait y avoir vraiment). Je pense que c’est une combinaison de raisons - peut-être les bébés gravement handicapés ne sont pas pris en charge, ou tout simplement ne reçoivent pas les soins médicaux nécessaires pour survivre. Les soins de santé pour tous sont un problème. Certains enfants sont envoyés dans des écoles des plaines. Il y a un niveau de honte et de ne pas vouloir admettre qu’il y a une personne handicapée dans la famille – comme si elle était grave, cela pourrait rendre les choses difficiles pour se marier avec les frères et sœurs – de sorte que certains peuvent être gardés cachés à la maison. Mais un autre problème est que beaucoup de gens ne s’identifient pas comme ayant un handicap. J’ai assisté à des réunions pour essayer de soulever la question, et il y aura quelqu’un assis dans le groupe, manquant une jambe, mais ils ne se disent pas handicapés! Même l’accès à des réunions de masse et à des formations peut poser problème aux personnes à mobilité réduite. Dans les montagnes, il n’y a aucun moyen que quelqu’un puisse utiliser un fauteuil roulant, donc s’il ne peut pas marcher ou sauter, il est difficile pour un adulte d’assister à une réunion loin de chez lui.

Nous considérons le handicap dans l’inclusion sociale (et les droits). Cependant, nous avons aussi le problème que nous désagrégons les données déjà par sexe, caste, ethnicité, emplacement. Si nous devons commencer à tout démêler par des personnes handicapées, nous aurons un gâchis! Nous faisons une collecte d’informations ciblées. Par exemple, lorsque nous rapportons des activités d’hygiène pendant le COVID, nous avons compté le travail avec les personnes handicapées. Et nous faisons des enquêtes ciblées auprès des ménages pour essayer de découvrir les handicaps fonctionnels et comment ils pourraient être servis en participant aux activités du projet. Mais je ne veux pas fixer d’objectifs car c’est un peu artificiel.

L’autre problème est que chaque handicap est différent – vous ne pouvez pas simplement regrouper tout le monde sous la même rubrique. Les personnes ayant des problèmes de vue peuvent être offensées si elles sont considérées comme les mêmes que les personnes handicapées. J’ai également entendu (d’un activiste et chercheur finlandais des personnes handicapées) qu’il peut y avoir des sous-divisions pour d’autres raisons - par exemple, certaines organisations de personnes handicapées en Inde se divisent en sous-groupes selon caste!! Les Brahmanes ne veulent pas se mêler aux Dalits !
J’ai également rencontré des groupes organisés de personnes handicapées dans l’ouest du Népal – ils ont de bonnes idées, mais ils ont tendance à être plus basés sur la ville et pas vraiment actif du tout dans nos domaines de projet - je suppose que c’est probablement le cas dans de nombreux pays.
Il a été plus facile pour nous de parler de handicap avec WASH - et j’ai appris que lorsque je parle de l’accès aux toilettes, plutôt que de parler seulement des personnes handicapées, je l’élargisse pour inclure les personnes âgées fragiles - qui attire l’attention de tout le monde que tout le monde a une personne âgée à la maison, et nous allons tous devenir vieux un jour! Nous n’avons pas fait tant de choses sur le handicap au sein de l’agriculture – mais nous avons des personnes handicapées impliquées dans les groupes de jardinage à domicile.

Le Groupe de Washington a travaillé sur le handicap. Je joins leur courte liste de questions - très liée à l’incapacité fonctionnelle. http://www.washingtongroup-disability.com/

Sur l’évaluation – Je soupçonne que c’est difficile à moins que vous ne fassiez les choses à un niveau très local. Rappelez-vous - l’expérience de COVID nous a poussés très rapidement à utiliser plus d’outils en ligne tels que Zoom ou Google, et il est étonnant de voir comment ça fonctionne. Il pourrait donc être possible de faire des entrevues avec des personnes handicapées chez elles (selon le handicap). J’imagine que la technique la plus utile serait une forme d’évaluation qualitative – le changement le plus important, etc. – plutôt que d’essayer d’une évaluation quantitative à grande échelle (car il est peu probable que vous recueilliez suffisamment de données pour cela).

Quoi qu’il en soit - bonne chance dans la collecte de l’info. Je vais suivre avec intérêt.

Cordialement, Pamela

Cher Eoghan,

Je trouve votre sujet très intéressant; l’inclusion du handicap est un défi dans les interventions des programmes. En général, les interventions rurales des Nations Unies sont axées sur une approche d’inclusion des personnes handicapées. Donc, si nous considérions ce groupe comme un type de personnes vulnérables, nous pouvons juger de l’importance de ce sujet dans les interventions de l’ONU.

Par exemple, dans notre étude récente sur le caractère socio-économique des ménages, nous avons découvert qu’en moyenne, dans un ménage composé de 14 personnes, seulement 5 sont actifs. Parmi les 9 inactifs qui représentent les plus vulnérables de la maison, 5 sont en moyenne des enfants, 2 sont des personnes âgées et 2 sont des personnes handicapées. 

Je pense que le défi est dans l’ensemble du processus, de la planification du projet à l’évaluation. Nous devons inclure dans le projet une portée spécifique pour la dimension d’inclusion des personnes handicapées, comme le genre et le climat et d’autres dimensions. Si nous incluons la dimension handicap dans le cadre des résultats, les termes de l’évaluation prendront en charge la responsabilisation de l’intervention en matière d’inclusion des personnes en situation de handicap.

Merci pour ce sujet important,

Bassirou

Cher M. Molloy,

Je suis heureux de voir que vous avez soulevé la question, est-ce que l’évaluation aborde les changements dans la qualité de vie des personnes en situation de handicap lors d’un programme/projet? Naturellement, de tels changements peuvent être positifs ou négatifs. Malheureusement, certains efforts de modernisation semblent avoir un effet négatif sur personnes en situation de handicap, en particulier sur ceux qui vivent dans des pays moins riches.

Par exemple, les documents pdf sont censés avoir une « meilleure apparence » que de simples fichiers texte ou fichiers doc. Mais ce n’est pas facile d’accès aux malvoyants des pays pauvres, car le logiciel nécessaire pour rendre ces documents accessibles aux malvoyants est tout simplement trop cher pour la plupart d’entre eux. En outre, le PC nécessaire pour les exécuter sont trop chers pour le groupe cible nommé ici.

Je vous suggère d’entrer en contact avec les organisations pour handicapés dans autant de pays que possible par e-mail et de demander leur point de vue. Bien sûr, cela peut fournir certaines difficultés linguistiques parce-que le personnel dans de nombreuses organisations de ce genre ne parlent pas l’anglais standard ou ne connaissent que leur propre langue.

Qu’il soit, comme il se peut, vous pourriez trouver quelques bits utiles de l’information du monde réel à partir de cette source. Pendant ce temps, je suis un peu sceptique au sujet des documents publiés, parce qu’ils sont généralement écrits par les personnes locales non handicapées qui sont éduqués dans les villes et ont peu de notion sur la façon dont les handicapés dans les zones rurales vivent.

J’espère que cela vous sera utile et je vous souhaite beaucoup de succès.

Meilleurs voeux!

Lal Manavado.