La première évaluation thématique humanitaire inter-agences identifie 8 bonnes pratiques pour intégrer l’égalité des sexes lors des crises humanitaires

©WFP/Arete/Damilola Onafuwa

La première évaluation thématique humanitaire inter-agences identifie 8 bonnes pratiques pour intégrer l’égalité des sexes lors des crises humanitaires

Des preuves de plus en plus nombreuses suggèrent que les crises humanitaires ont des effets inégaux sur les différentes parts de la population, nécessitant des réponses différenciées. Certains de ces effets inégaux peuvent prendre racine dans les inégalités hommes-femmes préexistantes. Comment les organisations humanitaires peuvent-elles  intégrer davantage l’égalité des sexes et l’autonomisation des filles et des femmes dans l’action humanitaire? Ce blog offre huit leçons issues d’une évaluation récente.

La première évaluation thématique humanitaire inter-agences (IAHE) sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des filles et des femmes a été publiée.

En tant que membre du Groupe de gestion de l’évaluation, comprenant le OCHA, CARE, l’UNFPA, l’UNHCR, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM), le PAM est heureux de partager, à travers le réseau Evalforward, huit leçons généralisables de cette évaluation. Ces leçons peuvent aider les organisations humanitaires à concevoir leurs réponses collectives lors de crises futures. Les organisations doivent:

  1. Renforcer l’expertise en matière d’égalité des sexes lors du déclenchement rapide de la réponse d’urgence – lors des réponses humanitaires initiales de première ligne, les organisations et les groupes devraient immédiatement déployer une expertise sur l’égalité des sexes apportant un soutien en termes d’analyse, de conception des activités du projet, de plans sectoriels et d’élaboration d’une stratégie pour le plan d’intervention humanitaire.
  1. Renforcer la participation significative des femmes dans la prise de décision humanitaire ­­– les équipes humanitaires du pays et les coordinateurs humanitaires devraient bénéficier d’un soutien continu pour renforcer la participation des femmes dans la prise de décision humanitaire
  1. Améliorer l’accès des équipes humanitaires du pays à une expertise technique et stratégique sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des filles et des femmes – les équipes de pays devraient avoir accès à des capacités stratégiques inter-agences spécifiques en matière de genre, complétées par une expertise de groupe intégrée au niveau technique
  1. Améliorer la planification stratégique inter-agences et le suivi des résultats en matière de genre – la planification et le suivi systématique des résultats en matière de genre aux niveaux global et du pays doivent être garantis
  1. Renforcer les opportunités de leadership et de capacités mondiales en matière de genre – dans le cadre de cette évaluation, il a été recommandé que le comité permanent inter-organisations (IASC), instance de coordination humanitaire la plus élevée et la plus ancienne au sein des Nations Unies, intègre le Groupe de référence sur le genre dans la structure centrale de l’IASC, améliore l’utilisation des capacités externes de l’IASC en matière de genre et mette davantage l’accent sur les thèmes de l’égalité des sexes dans les discussions au niveau de la direction
  1. Améliorer la réponse de la direction au rapport du cadre de responsabilisation sur l’égalité des sexes – l’IASC devrait aussi renforcer les mécanismes de suivi des recommandations du Cadre de responsabilisation sur l’égalité des sexes  de l’IASC
  1. Améliorer la responsabilisation sur l’égalité des sexes et l’action en faveur de l’autonomisation des filles et des femmes – le coordinateur de l’aide d’urgence ou les pactes annuels du coordinateur humanitaire devraient prévoir des interventions spécifiques pour l’autonomisation des filles et des femmes, définissant clairement les rôles et les responsabilités pour les équipes humanitaires du pays, conformément aux indications de la politique de genre de l’IASC.
  1. Améliorer le suivi des ressources et de l’expertise en matière d’autonomisation des filles et des femmes – les liens entre les mécanismes de suivi programmatique et financier pour améliorer la mise en œuvre et la conformité, notamment l’allocation des ressources à l’expertise en matière d’égalité des sexes, devraient être améliorés pour une meilleure intégration de l’égalité des sexes lors des crises humanitaires

L’évaluation a examiné les progrès de la mise en œuvre du programme du comité permanent inter-agences (IASC) relatif à l’autonomisation des filles et des femmes depuis 2017. Elle a mené une analyse des réponses humanitaires dans dix pays: Bangladesh, Colombie, Irak, Myanmar, Nigéria, Pakistan, Palestine, Somalie, Tchad, et Yémen.

En s’appuyant sur la collecte et l’analyse approfondie des données au Bangladesh, en Colombie, en Irak et au Nigéria, l’évaluation a élaboré quatre synthèses d’études de cas outre le rapport complet d’évaluation. Le résumé exécutif, les rapports complets et les études de cas (Bangladesh, Colombie, Irak et Nigéria) sont disponibles sur ce lien.